Un nouvel hôtel en secteur sauvegardé de Poitiers: pas de contrainte pour lui?

Poitiers, hôtel Ibis rue Victor-Hugo, enseignes criardes

J’avais publié cet article le 29 décembre 2013, en période très creuse pour le blog… Pour ceux qui ne l’auraient pas lu, je le ré-édite aujourd’hui…

Article d’origine

Il y a quelques mois, un nouvel hôtel (Ibis style) a ouvert rue Victor-Hugo à Poitiers, à la place de la Caisse d’épargne, qui n’a gardé que le rez-de-chaussée. Le bâtiment n’a pas un grand intérêt architectural, contrairement à certains immeubles dans cette rue (voir par exemple le remploi du portail des Augustins que l’on aperçoit à droite de la photographie, le 3 rue Victor-Hugo, la tête de jeune fille de Couvègnes dans la cour du lycée Victor Hugo ou l’ancien cercle industriel), mais il n’en est pas moins en secteur sauvegardé (voir Poitiers, Patrimoine, stop ou encore?, et Secteur sauvegardé de Poitiers… ma lettre au commissaire enquêteur, article actualisé par un petit post-scriptum avec la délibération et l’avis du commissaire enquêteur). Il devrait donc respecter un certain nombre de contraintes. La couleur vert criard des enseignes verticales, visibles de loin (remarquez, c’est le rôle des bannières publicitaires…) est-elle bien dans la palette des couleurs autorisées en secteur sauvegardé? Récemment, une enseigne d’un petit magasin indépendant a dû être déposée (à juste titre) dans la Grand’Rue car elle ne répondait pas à la réglementation, y aurait-il deux poids deux mesures, selon que vous êtes riche ou misérable…???

Poitiers, hôtel Ibis rue Victor-Hugo, fil électrique à travers la ruePlus gênant, un branchement électrique curieux qui traverse la rue alors que tous les réseaux ont été effacés dans le cadre de Poitiers cœur d’agglomération, cœur de pagaille…

Poitiers, hôtel Ibis rue Victor-Hugo, branchements électriques bizarresDepuis plusieurs mois, ce fil « provisoire » traverse la rue (rejoint provisoirement par les décorations de Noël), avec des raccordements qui à première vue ne semblent pas très sécurisés… étrange, pour un hôtel et donc un bâtiment accueillant du public!

Poitiers, hôtel Ibis rue Victor-Hugo, rampe bizarre rue RenaudotSur l’arrière, rue Théophraste-Renaudot, ils ont récemment fait un aménagement étrange, genre « rampe pour handicapés » [mais Grégory l’a précisé en commentaire, il s’agit de la rampe pour évacuer le linge sale, ce qui ne change pas grand-chose, elle est moche!], avec une marche de presque 10 cm par rapport au trottoir, et face à leur porte, au bout de la pente, une petite « réglette » qui n’arrêtera pas un fauteuil roulant [ni un charriot à linge s’il n’est pas retenu fermement] mais risque bien de le précipiter encore plus vite tête la première sur le trottoir en contre-bas.

Poitiers, hôtel Ibis rue Victor-Hugo, bac à caillouxQuant au « bac à fleurs », il a été rempli de cailloux et rien que de cailloux pendant des mois, depuis, des arbustes sont apparus, mais rien à voir avec ce qui était promis sur le dessin d’architecte sur le permis de construire.

PS: le 14 janvier 2014, j’ai reçu la réponse suivant de l’hôtel Ibis sur la page facebook où j’avais partagé le lien:

ibis a écrit : « Bonjour Véronique, Nous sommes reconnaissants pour votre temps de partager vos remarques avec nous. Nous vous prions de retrouver ci-dessous quelques précisions concernant les points évoqués sur votre blog : Nous vous confirmons que ce bâtiment des années 70, dessiné et travaillé en accord avec les architectes des bâtiments de France, répond parfaitement à toutes les normes de sécurité et d’accessibilité pour les personnes à mobilité réduite. La rampe Rue Théophraste Renaudot est en fait une zone de livraison et non pas une rampe pour personnes à mobilité réduite. L’espace PMR se trouve du côté de la rue Victor Hugo où aucun accès public n’est autorisé. Le câble provenant du local situé à la droite de l’entrée de l’hôtel était une installation provisoire de la part d’ERDF- transformateur local du quartier – pour alimentation exceptionnelle lors des festivals (les « expressifs » et les fêtes de fin d’année). Quant aux câbles qui traversent la rue Victor Hugo, ils se situent sur le bâtiment de  » Centre Presse » et non sur l’hôtel. Les jardins et les bacs à fleurs seront aménagés dans les jours qui suivent comme les plantations étaient encore récentes. La direction de l’hôtel reste à votre entière disposition pour toute éventuelle information afin de vous faire une visite objective de l’hôtel. En vous souhaitant une très bonne journée. »

11 réflexions sur « Un nouvel hôtel en secteur sauvegardé de Poitiers: pas de contrainte pour lui? »

  1. Grégory

    Des « jardins paysagers sur deux étages » avaient effectivement été annoncés par voie de presse:
    http://www.lanouvellerepublique.fr/Vienne/communes/Poitiers/n/Contenus/Articles/2012/02/23/Au-coeur-du-futur-hotel
    http://www.lanouvellerepublique.fr/var/nrv2_archive/storage/images/contenus/articles/2012/02/23/au-coeur-du-futur-hotel/16211597-1-fre-FR/Au-coeur-du-futur-hotel_slider.jpg

    Ils servaient seulement à rendre le projet plus séduisant, et il fallait être bien naïf pour croire à leur réalisation effective! Il ne faut bien sûr pas compter sur la presse pour revenir là-dessus : elle s’est cantonnée à un rôle d’organe de communication au service des intérêts commerciaux.

    La rampe à l’arrière est destinée à l’évacuation des containers de linge sale, pas des handicapés : peu importe si c’est moche!
    Comme personne ne trouve rien à redire à la façade principale, dont les parements de pierre ont été peints en noir au-dessus de l’entrée, il ne faut pas s’attendre à ce que quiconque s’émeuve de l’état de la façade arrière, qui portant laisse à désirer depuis la fin du chantier (marches cassées, absence de finitions, etc.)…

    Répondre
  2. Dane

    Il est vrai que ce fil électrique est bizarre et dangereux ! Je n’aime absolument pas la couleur verte de l’hôtel Ibis, j’aime le vert mais plus modéré.
    Bon dimanche

    Répondre
  3. Maryse

    Très moche ce vert, et pourtant c’est ma couleur préférée… Mais là c’est de la provocation et malheureusement on ne voit que çà dans la rue, au détriment des maisons XIXè et du lycée Victor Hugo restauré récemment! Quel gâchis! Quant aux très jolis fils qui décorent les façades…no comment!
    Maryse

    Répondre
  4. Rivaud Charles-André

    Comme ancien Poitevin , je suis scandalisé par cette construction criarde qui ne « s’intègre nullement
    dans le site  » je pense au magnifique portail des » antiquaires de L’ouest « ,
    mon épouse ancienne élève du lycée Victor Hugo est du même avis.
    Bon courage et comme disait le père HUGO:  » ceux qui vivent , ce sont ceux qui luttent »
    amicalement, et bonne année C.A RIVAUD

    Répondre
  5. aniko

    Coeur d’Aglo? c’est vraiment du n’importe quoi – cet hôtel ibis ? une verrue supplémentaire et je partage les mêmes avis sur l’effet visuel choquant de ce bâtiment – j’imagine ce que risque de devenir l’ancien printemps – quoi que ce qui existe est déjà très moche… et l’ancien théatre aussi ? et puis le jardin du puygarreau – ce n’est pas vraiment une réussite de verdure…? on nous gâte en mochetés ….
    Merci pour tes articles toujours aussi pertinants et intéressants
    bon courage et bonne année
    amicalement
    aniko

    Répondre
  6. marlie

    Pas beaucoup de goût ni beaucoup d’idées : ceux qui se permettent de marquer ainsi leur existence dans le paysage urbain font vraiment moins que le minimum ! C’est quandf même vraiment dommage.

    Répondre
  7. NiniDS

    Plutôt choquant, effectivement, le moins qu’on puisse dire est que le vert, qui peut être aussi une très belle couleur, est plutôt criard… quant au fil électrique et à la rampe pour handicapés… honteux..
    J’espère que ton article sera relayé par de nombreuses protestations.
    Bises et belle journée.

    Répondre
  8. Maryse

    Toujours aussi choquėe++++++ et quand je passe dans le secteur je ne vois que çà, or j’y vais souvent. Grrrrrr!!!! Et ce n’est pas fini entre l’ex-Printemps et l’ex-Théâtre, il n’y a que le choix, vive super Grand Poitiers!

    Bonne année quand même à celles et ceux qui râlent….en vain?

    Maryse

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *