L’hôtel hanté de W. Wilkie Collins

Logo God save the livreLogo de pioché en bibliothèqueCouverture de l'hôtle hanté de Collins, en large visionEn alternance avec des livres « normaux » lus sur écran avec mon visioagrandisseur, je continue à emprunter des livres « large vision » à la médiathèque, pour les déplacements ou les salles d’attente notamment… Celui-ci entrera dans le défi God save the livre, saison 3, organisé par Antoni / passion livre.

Le livre: L’hôtel hanté de W. Wilkie Collins, traduit de l’anglais par Henry Dallemagne, éditions de l’Aube, 2006, 277 pages, ISBN 978-2752602596 (première édition en 1878, lu en édition grand caractère).

La présentation de l’éditeur:

« Fiancée humiliée, veuve manipulatrice et soumise évoluant dans une famille en apparence respectueuse des usages de la haute société victorienne… Qui est vraiment la comtesse Narona ? Une intrigante prêt à tout pour toucher une prime d’assurance sur la vie de son époux, ou bien la victime de craintes superstitieuses sur laquelle le destin semble s’acharner ? Entre Londres et Venise, Collins campe les personnages aux facettes multiples et complexes qui seront, consciemment ou non, les complices d’une mort naturelle qui ne tardera pas à se révéler suspecte. Un des grands romans de Wilkie Collins ! « 

Mon avis: un mort, un disparu, un fond d’amour, un soupçon de mariage d’intérêt, un palais transformé en hôtel chic à Venise : pourquoi lord Montbarry a-t-il rompu ses fiançailles pour se marier, au grand dam de sa famille à la comtesse Narona, comment a-t-il pu mourir en quelques jours d’une bronchite? Voilà le cœur de l’intrigue de ce polar anglais du 19e siècle traduit en français seulement en 2006. Entre Londres et Venise, les voyages de noce avaient un sens dans la bonne société « so british » de ces années 1870, où vieille tante malade et domesticité ont aussi leur place. Il pourrait se passer ailleurs qu’à Londres ou Venise, cela ne changerait pas grand chose car il y a surtout des huis-clos entre personnages. Côté intrigue ou style (peut-être un problème de traduction), rien de bien intéressant… mais si on lit ce « polar » comme un témoignage de la société victorienne, c’est déjà beaucoup plus intéressant!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *