Les impubliables, de Cabu et Wozniak

Couverture de Les impubliables, de Cabu et WozniakIl y a une semaine, l’équipe de Charlie hebdo était décimée (et même plus, au sens propre de 1/10) par des terroristes. S’ensuivront deux autres journées tragiques. Aujourd’hui, beaucoup achèteront sans doute Charlie Hebdo pour la première fois, ils risquent de subir un certain « choc ». De mon côté, je le prenai de temps à autre en kiosque, le parcourait presque toujours à la médiathèque, je suis désormais abonnée pour deux ans, un soutien sur le long terme me semblait indispensable.

Aujourd’hui, la blogosphère « BD » (voir cet article récapitulatif de Yaneck / Les chroniques de l’invisible) a choisi de partager aussi avec vous des albums des dessinateurs disparus (Cabu, Charb, Wolinski, Tignous et Honoré), j’aurais voulu vous parler d’un album de bande dessinée de Tignous, lue il y a quelques années. Mais ma librairie BD préférée et comme la médiathèque ont été dévalisées, dans cette dernière, il restait des albums d’actualité.

Le livre : Les impubliables, le livre interdit par les curés, les mollahs et le Front national, de Cabu et Wozniak, mis en scène par Marjorie Guigue, éditions L’ Archipel, 2007, 200 pages, ISBN 978-2841879717.

La présentation de l’éditeur

Cabu et Wozniak s’en donnent ici à cœur joie ! Voici réunis en un volume quelque 200 dessins classés par thèmes et « interdits par les curés, les mollahs et le Front national » – autant de caricatures, et portraits-charge refusés par les rédacteurs en chef, ou que les auteurs eux-mêmes n’ont pas même osé présenter, les accumulant depuis vingt ans parfois dans leurs cartons à dessins.
« Nos mœurs », « Show bises », « Attention ! les pédophiles nous regardent »… : ils brossent un panorama caustique de la société française, sans épargner l’actualité internationale (« Bill et Monica ont un enfant ») ni, bien entendu, nos stars hexagonales : « Chirac, la vie au Château », « Génération Mitterrand », « Sarko, Sarko, Sarko »…

Mon avis:  parmi les dessins d’hommage cette semaine, saint Pierre sur son nuage tagué comme ses voisins se plaignait: ‘ »ils ont déjà dessiné des bittes partout ». Commencé par l’un, continué par l’autre ou vice-versa, Cabu et Wozniak se moquent gentiment des puissants, des Corses, des représentants de toutes les religions, des pédophiles, le Dakar, etc. De rares commentaires des auteurs (genre celui-ci je l’ai regretté). Un de mes préférés? « Compressés contre les grillages, les spectateurs ressortent en frites »… accueillies par un Beauf sidéré (à propos du drame du Heisel). Les deux dernières pages, « On a reçu ça… n’écrivez pas, c’est déjà fait! » donnent quelques avis de lecteurs (du Canard enchaîné) mécontents.

Un petit bémol, pour l’éditeur, je pense qu’indiquer la date du dessin (à la fin par exemple, s’il ne voulait pas alourdir) permettrait de contextualiser et de distinguer ceux qui sont parus et les autres.

 

Logo top BD des bloggueurs Cette BD sera soumise pour le classement du TOP BD des blogueurs organisé par Yaneck / Les chroniques de l’invisible. Mes chroniques BD sont regroupées dans la catégorie pour les BD et par auteur sur la page BD dans ma bibliothèque.

8 réflexions au sujet de « Les impubliables, de Cabu et Wozniak »

  1. Dane

    Je vais faire parti comme beaucoup d’autres de ces gens qui vont acheter Charlie Hebdo, aujourd’hui, je ne l’ai jamais fait mais pour moi ça sera un hommage à la « liberté de la presse ». Je n’ai jamais aimé les caricatures sur la religion, d’ailleurs grosse discussion dimanche avec ma nièce très catho qui n’était pas dérangée sur ce sujet et son mari athé qui lui n’aimait pas que l’on caricature les hommes (ou femmes) du gouvernement. Gros débat mais c’est ça la liberté d’expression. Bon, là c’était en famille.
    Bonne journée

    Répondre
  2. Maryse

    Moi idem, je vais acheter Charlie ce matin.
    Souvent regardé jamais acheté. Je n’aime pas trop les caricatures systématiques parfois lourdes ou gênantes sur la religion en particulier mais sur d’autres sujets aussi. Je suis athée et la liberté de la presse et d’expression en général me tiennnent à cœur mais je ne pense pas m’abonner, je ne suis pas assez fan de ce journal même si j’aimais bien retrouver les caricatures de certains dessinateurs dans d’autres journaux. Je l’achèterai de temps en temps sans doute.
    Mais je suis « Charlie » comme beaucoup aujourd’hui.

    Répondre
  3. Yaneck

    Merci d’être des notres aujourd’hui.
    N’hésites pas à faire tourner les liens que j’ai listé en bas de mon article, histoire que de nombreux lecteurs puissent lire tout ce qu’on a prévu…

    Répondre
  4. Niunia18

    J’ai acheté Charly Hebdo, j’avoue que le billet de P.Pelloux m’a beaucoup ému… Je me classe plutôt chez les agnostiques, je ne partage pas toutes les caricatures mais quel plaisir de pouvoir en débattre.

    Répondre
  5. mamazerty

    moi j’ai découvert Hara Kiri et Charlie Hebdo gamine (jeune ado) quand je dormais chez une d e mes grands mères et que le plus jeune d e mes oncles qui n’a que 5 ans de plus que moi me laissait sa chambre (et ses bouquins sous le lit)…comme j’étais élevée d e façon très…;carcérale chez mes parents, lectures hyper surveillées, je ne te dis même pas le choc culturel et la joie!!!!Cra Hara Kiri cétait quand me^me drôle!!!!!
    je les ai ensuite lus parfois ,je n’étais pas une fan absolue, par exemple limage sur le drame du Heysel dont tu parles, çà m’aurait très choquée , pour autant la liberté d’expression c’est accepter les expressions des uns et des autres si çà entre dans un cadre démocratique, alors je n’ai évidemment jamais souhaité que ces revues soient censurées…et ce qui s’est passé reste encore « indigérable » pour moi….nous étions pourtant prévenus « sur tous les tons » que les fanatiques ne laisseraient pas Charlie Hebdo « impuni »….Pourquoi n’avons nous pas bougé?(le NOUS reste vague dan smon idée, je ne me sens pas personnellement RESPONSABLE mais pourtant les menaces sont passées à la trappe plus ou moins enfouies dans notre train train quotidien)qu’aurait il fallu faire?dire?il y a quelque part une faille comme une plaie qui gratte et qui fait saigner….mettre un policier garde du corps c’était terriblement présomptueux et montre que nous ne comprenons pas qui sont ces fous et comment ils fonctionnent….qu’est ce qui a été fait depuis l’incendie du siège il y a 4 ans?qu’est ce qui aurait pu être fait d e façon plus générale?je ne sais certes pas….

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *