Le style comme expérience de Pierre Bergounioux

Logo du défi rentrée littéraire 2013 chez Hérisson Couverture de Le style comme expérience de Pierre BergouniouxLogo de pioché en bibliothèqueUn livre trouvé à la médiathèque et qui entre dans mes lectures de la rentrée littéraire 2013, projet organisé par Hérisson.

Le livre : Le style comme expérience de Pierre Bergounioux, éditions de l’olivier, 2013, ISBN 9782823602753, 70 pages.

Le livre (présentation officielle):

« Comme les manières de penser, de sentir et d’agir, les façons de parler et, plus encore, d’écrire sont nettement différenciées dans les sociétés développées. Le style comme écart, variation expressive, surcroît de sens, est un fait. Il a été perçu, formalisé dès les débuts de la culture lettrée, en Grèce. On l’assimile, depuis lors, à l’exploitation des ressources immanentes au langage, constitué en entité autonome de dépendances internes. Mais, ce faisant, on perd sa dimension vécue, la satisfaction ambiguë qui colore pareille expérience. Celle-ci, comme l’ensemble de l’activité sociale, accuse la distribution inégale des ressources économiques et sémantiques. L’explication appelle une approche historique. » (P. B.)
Dans cet essai bref, Pierre Bergounioux évoque de manière éclairante ce qu’il appelle « l’expérience vécue du style ». Mais Le Style comme expérience est aussi une archéologie de l’écriture. Comment l’écriture peut-elle s’abstraire de son vice originel, à savoir son émergence comme signe des premières sociétés inégalitaires ? C’est un regard historique que cet ouvrage nous propose d’adopter en analysant les bouleversements littéraires de notre modernité. Et nous permet de comprendre comment la littérature s’est mise à considérer le monde comme « ce que nous vivons quand on y est impliqué corps et âme, maintenant ».

Mon avis :  j’ai choisi ce livre parce qu’il était tout petit (j’ai encore beaucoup de difficultés avec la « lecture normale »). Mauvaise pioche, le livre est imprimé sur un papier granuleux qui a accroché l’encre d’imprimerie, le papier était constellé de petits points noirs qui ne gênent pas un lecteur normal (j’ai montré les pages à un ami) mais qui ont beaucoup parasité et ralenti ma lecture… ce qui a dû accroître mon ennui, avec l’impression d’assister à un cours pédant de classe préparatoire (je parle d’expérience, même si elle devient ancienne…). C’est pour cela que j’ai mis, contrairement à mon habitude, la présentation officielle et non un résumé « de mon cru ». Bref, en se basant sur de nombreux exemples littéraires, ce qui est très excluant pour ceux qui ne les ont pas lus (cf. mes expériences infructueuses avec Ulysse de James Joyce, qui sert de réflexion à un long développement), Pierre Bergounioux pérore sur le style littéraire. Je ne suis pas du tout d’accord avec lui sur plusieurs points. En voici juste deux exemples.

Page 26: « L’homme des sociétés primitives possède l’intégralité de la culture du groupe. Il maîtrise l’ensemble des gestes qui assurent son existence physique et les mythes qui l’expliquent ». C’est profondément ignorer les sociétés dites « primitives », qu’il s’agisse d’exemples ethnographiques ou préhistoriques. Non, l’homme ne maîtrise pas « l’intégralité de la culture du groupe ». Les mythes y sont complexes, et pour la « culture matérielle », il existe des spécialisations très ancienne, la maîtrise des chaînes opératoires (ensemble des actions nécessaires à une production) ne pouvait pas être acquise par tous, il existait depuis au moins l’homme de Néandertal des activités spécialisées, que ce soit pour la taille du silex, la chasse, la boucherie (découpe des morceaux de viande), la réalisation d’outils en os ou d’œuvres d’art…

Autre exemple page 41 à propos de l’Odyssée, telle que transcrite par Homère je suppose: « A cela s’ajoute l’exploitation de la substance de l’expression, allitérations, assonances, rimes plates, embrassées, croisées, et des données rythmiques« . C’est oublier un peu vite qu’il s’agit avant tout d’un texte de tradition orale, simplement transcrit par Homère (plus ou moins mythique aussi), et que le rythme et la rime sont partie intégrante de cette tradition orale, participant à la mémorisation du texte qui représente plusieurs milliers de vers.

Bref, je m’arrête là, j’aurais pu vous citer d’autres exemples, je n’ai vraiment pas adhéré à cet essai.

 

5 réflexions au sujet de « Le style comme expérience de Pierre Bergounioux »

  1. Maya

    Coucou
    Merci pour le partage
    Du coup , j ai laissé en suspens Ulysse de Joyce et suis entrain de lire Vouage au bout de la nuit de Céline..je vais avoir un peu de temps pour la lecture …Je suis partie pour 3 jours en formation…
    Bisou

    Répondre
  2. mamazerty

    je n’avais pas l’intention de le lire^^
    d’ailleurs je n’ai plus grand chose à lire mais çà tombe bien car je ‘ai guère d etemps et le soir je m’allonge et je m’endors derechef

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *