Le chevet de Sainte-Radegonde de Poitiers

Chevet de Sainte-Radegonde à Poitiers Je vous promettais l’autre jour de vous montrer l’église Sainte-Radegonde de Poitiers, située tout près de la cathédrale, comme je vous l’ai déjà montré depuis les escaliers sur l’autre rive du Clain. C’était une église de pèlerinage importante au Moyen-Âge. D’abord par la personnalité de Radegonde, née vers 520, épouse de Clotaire, fils de Clovis, à qui il accorda de se retirer à Poitiers pour y fonder un monastère, près du baptistère et du rempart : ce sera l’abbaye Sainte-Croix, à qui l’empereur de Constantinople fit don d’une relique de la vraie croix… Radegonde décède en 587, et est inhumée, comme il est d’usage à l’époque, hors les murs, dans ou près de l’église Sainte-Marie-hors-les-Murs qu’elle avait fait construire. Les miracles s’y multiplient… Après plusieurs péripéties, reconstructions suite à des incendies, l’église dont vous voyez ici le chevet a été dédicacé en 1099. Au ras du sol, vous apercevez les jours qui éclairent la crypte contenant le tombeau de sainte Radegonde.

La crypte et le tombeau de sainte Radegonde à Poitiers Voici de l’intérieur la crypte avec le tombeau (clic sur le lien pour plus de détails). Un étroit couloir permet de passer derrière la crypte, et de s’arrêter pour prier sur des autels situés dans les chapelles rayonnantes. Les murs de la crypte et d’une partie de la nef portent des ex-votos, en remerciement des miracles de la sainte. Mais attention, le rituel est complexe, si l’on en croit les témoignages, et il ne faut pas oublier de la remercier. Une urne reçoit les demandes de prières des religieuses de Sainte-Croix, dont le monastère se trouve maintenant hors de la ville.

Au-dessus, le chœur roman avec son déambulatoire et ses chapiteaux à décor repeints au 19e siècle, dont le célèbre chapiteau historié que je vous ai déjà montré, qui porte du côté du déambulatoire Adam et Ève, vers l’ouest, Nabuchodonosor, et vers le sanctuaire, Daniel dans la fosse aux lions.

L’église a encore connu de nombreuses évolutions, avec une nouvelle nef construite au 13e siècle, puis un portail au 15e siècle, plaqué sur le clocher-porche roman… Puis la crypte a été réaménagée, la flèche construite. Mais il faut que j’aille faire d’autres photographies… Celles-ci datent de l’été 2008.

3 réflexions au sujet de « Le chevet de Sainte-Radegonde de Poitiers »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *