Hey Girl ! de Romeo Castellucci

Le parvis du théâtre auditorium de Poitiers Après Il faut prendre le taureau par les contes de Fred Pellerin et Le grand C de la compagnie XY, j’avais vu la semaine suivante Hey Girl ! de Romeo Castellucci au théâtre et auditorium de Poitiers / TAP.

Le spectacle : il commence dans une épaisse fumée due aux fumigènes. À gauche de la scène, une sorte de table, avec une matière rose fluide qui s’écoule au sol (pendant tout le spectacle), une femme nue émerge de ce magma. Ensuite, je n’ai rien compris, un homme, des figurants, des mots projetés sur un écran, des bruits très forts et parfois très aigus (j’aurais dû prendre les bouchons d’oreille posés sur une table à l’entrée), une seconde femme, des odeurs (mauvaises)…

Mon avis : j’ai détesté ce spectacle, et je ne suis pas la seule au vu des très faibles applaudissements. Castelucci joue la provocation, l’immersion du spectateur dans son spectacle, ça, c’est gagné, mais comme son univers est au plus au point déplaisant… L’année dernière, je n’avais pas pu voir l’Enfer et étais restée perplexe au Paradis, cette fois, je trouve qu’il s’agit juste d’un f…tage de gu…le, il est de bon ton d’admirer ce type de spectacle, au motif que le spectateur ne comprendrait pas le grand artiste et qu’il ne peut en fait qu’aimer un spectacle dans lequel il a investi (du temps, le prix du billet). Expérience, oui, mais expérience très désagréable pour tous les sens, la vue, l’odorat, l’ouïe. Seul le goût et le toucher sont épargnés (et encore, pour ce dernier, le machin gluant qui coule de la table au fond est très suggestif). Je suis désolée, cette fois, c’est non, et je n’irai plus voir de spectacle de cet artiste [PS: finalement, je ne suis pas allée voir Sur le concept du fils de Dieu, mais ai vu The Four Saisons Restaurant].

Pour aller plus loin : si vous voulez vous rendre un peu compte par vous même de ce spectacle, vous pouvez aller voir cet extrait filmé lors du festival d’Avignon en 2007 ou cet autre, capté la même année (vers la fin du spectacle) au festival Transamériques à Montréal.

10 réflexions au sujet de « Hey Girl ! de Romeo Castellucci »

  1. Vers Cythère!

    Je comprends ton amertume. Là où  je vis, j’ai résilié mon abonnement au cirque alternatif. aucune magie, univers gloque, fadeur, artifice en tout genre. Lorsque je reçois le programme, j’hésite, et referme. J’avais été très enthousiaste pour certains spectacles, trois déceptions de suite m’ont fait reculer.

    Je réitererai car j’aime le nouveau cirque, mais qu’il cesse de nous inonder de leurs clichés qui ne font plus recette. OVERDOSE…..

    Répondre
  2. amaryllis

    Voilà donc un avis direct. Quand tu avais dit que tu avais vu le spectacle, ne connaissant pas j’avais un peu surfé sur internet ce que j’avais lu m’avait un peu étonné, interrogé et suscité une certaine curiosité commedevant les choses que l’on ne comprend pas… là, tu me refroidis d’un coup…. bonne soirée

    Répondre
  3. Xavier

    Je suis d’accord, c’est bien plus simple d’aller voir des spectacles tout beau tout gentil, prémachés pour que l’on puisse comprendre tout de suite, et qu’en sortant on puisse allez se coucher tranquillement, pour pouvoir regarder les superbes émissions de la télévision et oublier le spectacle dès le lendemain.

    Répondre
    1. Véronique D

      Je ne regarde pas la télé, donc, je ne comprends pas ce commentaire! J’aime découvrir des spectacles qui peuvent amener à réfléchir, mais là, je n’ai pas du tout adhéré. Mais on a le droit de ne pas aimer un spectacle,et pour celui-ci, je ne suis pas la seule, vu la réaction de la salle!

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *