C’est un métier d’homme, par un collectif de l’OuLiPo

Couverture de C'est un métier d'homme, par un collectif de l'OuLiPo pioche-en-bib.jpgJ’ai trouvé ce livre à la médiathèque dans une sélection de nouvelles acquisitions.

Le livre : C’est un métier d’homme, autoportraits d’hommes et de femmes au repos par un collectif de l’OuLiPo (ouvroir de littérature potentielle), éditions Mille Et Une Nuits, 2010, 139 pages, ISBN 978-2755505801.

L’histoire : Paul Fournel a écrit une nouvelle de cinq pages, Le descendeur (un champion de ski qui se lance dans la pente). Ses camarades de l’Oulipo puis d’autres personnes se sont emparés de la forme de ce premier récit pour écrire d’autres portraits – des autoportraits, nom donné à cette nouvelle contrainte, de cinq à six pages. Le volume rassemble les textes des membres de l’OuLiPo qui ont participé à cette expérience, Michèle Audin, Marcel Bénabou, Paul Fournel, Frédéric Forte, Michelle Grangaud, Jacques Jouet, Hervé Le Tellier, Daniel Levin Becker, Ian Monk et Olivier Salon.

Mon avis : un livre paru pour les 50 ans de l’OuLiPo. Cette fois, la contrainte est la forme de la nouvelle, sa structure de texte, vous comprendrez en lisant le livre… jusqu’au bout, car il ne faut pas rater la toute dernière, Autoportrait du Président, par Hervé Le Tellier. Un livre à découvrir pur voir la variété de ce que l’on peut écrire en dépit d’une contrainte assez forte…

4 réflexions au sujet de « C’est un métier d’homme, par un collectif de l’OuLiPo »

  1. Lucien

    « en dépit d’une contrainte », dis-tu … pour un Oulipien, c’est plutôt « à la faveur, grâce à » qu’il faudrait dire. L’interdit, la contrainte, c’est ce qui donne la liberté. Il était interdit à l’homme de voler comme l’oiseau, l’homme était libre d’inventer l’avion !

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *