Voyage en Corse (4) : Col de Saint-Eustache et Porto-Vecchio

Le col de Saint-Eustache après l'incendie Après Sartène, Bonifacio et les Calanche, direction Porto-Vecchio en passant par la montagne. Au col de Saint-Eustache, les traces du gigantesque incendie des 23/24 juillet 2009 (que vous pouvez voir ici en vidéo) sont impressionnantes…

Le col de Saint-Eustache après l'incendie … encore plus parce que nous passons après un orage, avec un ciel chargé et des arbres calcinés sur des milliers d’hectares…

La ville fortifiée de Porto Vecchio Après de nombreux virages, nous redescendons sur la côte est de la Corse, en vue de la citadelle de Porto Vecchio.

Le marais salant de Porto Vecchio De la ville haute, nous découvrons le petit marais salant…

Une tour restaurée à Porto Vecchio … les prix exagérés des restaurants, et les restes des remparts bien restaurés sur la face visible…

Les climatiseurs au revers du rempart de Porto Vecchio … mais défigurés sur l’autre face par la multiplication des climatiseurs et des terrasses des restaurants. Que fait le service territorial d’architecture dans ces abords de monuments historiques ?

La plage de Palombagio après l'orage Sur la route pour la plage, nous essuyons un nouvel orage. Nous croisons des dizaines de voitures qui remontent de la plage… et arrivons à Palombaggia dans une ambiance surréaliste, avec un temps chaud (26°), des cirés… et quelques baigneurs. Une des plus belles plages de Corse… Elle ne vaut pas les grandes plages du Nord-Pas-de-Calais comme Le Touquet ou Malo… Plus doux certes ici en Corse, mais les grands espaces, pas vraiment.
Le temps finit par se dégager un peu. Pour le retour vers Ajaccio, nous choisissons de prendre la nationale… Un peu plus de kilomètres, mais deux fois plus rapide !

Et pour retrouver le voyage de 2009 en Corse, suivez les liens…

5 réflexions au sujet de « Voyage en Corse (4) : Col de Saint-Eustache et Porto-Vecchio »

  1. Bidouillette/Tibilisfil

    Ici nous avons un monsieur Unesco pour les alentours de la Grand-Place, j’espère qu’il fera du bon travail, on ne voit plus le haut des maisons breugelhiennes. Pareil en Corse, il semble, dommage vraiment, cet alignement d’air co………….
    Grands espaces, certes pas, mais que de beauté, quand même!
    Les réalisateurs devraient « profiter » de ce paysage ravagé, pour tourner des films d’horreur. Je sais que c’est râlant, ces feux qui détruisent autant, mais il semble aussi que cela permette une meilleure régénération de la flore, dixit les biologistes. Pas une raison, quand même!
    Merci pour ce eau reportage! Gros bisousssssssss

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *