Visage inépuisable de Rémy Prin

Couverture de visage inépuisable de Rémy Prin pioche-en-bib.jpgJe ne vous ai jamais parlé de poésie, même si j’en lis disons un recueil par mois… Mais c’est difficile de partager avec vous une lecture aussi intime et même aussi soumise, je trouve, aux conditions de lecture. Mais après avoir lu le livre de Rémy Prin dont je vous ai déjà parlé sur Aulnay, puis vu un spectacle adapté de ses recueils de poésie, j’ai voulu en lire. Et là, mauvaise surprise, la médiathèque n’en possède qu’un exemplaire… Premier tour en littérature, je ne le trouve pas. Serait-il mal rangé, ça arrive ? Impossible de mettre la main dessus. Je me dirige donc vers le guichet, et là, surprise, le livre a été relégué au sous-sol, je pourrai l’avoir dans un quart d’heure… Il y a trop de livres en rayon, il faut bien faire de la place, qu’ils disent. Mais il y a aussi des lecteurs, comme moi (bon, d’accord, je ne suis sans doute pas LE lecteur moyen) qui piochent des livres au hasard, surtout la poésie, quand je vois enfin un P de poésie sur la tranche. Et puis, celui-ci ne prend vraiment pas de place…

Le livre : Visage inépuisable, de Rémy Prin, Revue Traces, 1973, 69 pages.

L’histoire : quelque part au bord de la mer… Une femme…

Mon avis : j’ai commencé à le lire une première fois dans le bus, mais ça ne devait vraiment pas être dans de bonnes conditions, je l’ai vite refermé… pour le reprendre quelques jours plus tard, en bord de rivière dans mon jardin, par un de ces derniers beaux jours d’automne, il y a déjà quelques semaines… Beaucoup mieux dans ces conditions, il faut lâcher prise pour entrer dans le texte.

Pour découvrir l’auteur : vous pouvez lire quelques poèmes de Rémy Prin à partir de cette page de Parole et Patrimoine, son site consacré aux pierres romanes et à l’Arménie (liens dans les onglets de la colonne gauche).

4 réflexions au sujet de « Visage inépuisable de Rémy Prin »

  1. VERO BIS

    moi depuis mon voyage à st petersbourg j ai decouvert anna akhmatova, poetesse russe.
    et là je recherche jardins oublies ou perdus de bernard manciet, tu connais ? 

    bonne soiree vero

    Répondre
  2. Bidouillette/Tibilisfil

    Je pense que mis à part les livres communes, la philo, la politique, la poésie, ne sont pas lisibles dans le bus, encore moins quand c’est la foire!
    Le théatre, la poésie, je garde pour chez moi, et comme tu dis surtout la poésie! A lire donc, si on le trouve…………

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *