Tangente vers l’est de Maylis de Kerangal

Couverture de Tangente vers l'est de Maylis de Kerangal

pioche-en-bib.jpgUn livre trouvé parmi les nouvelles acquisitions de la médiathèque, j’avais beaucoup entendu parler du précédent livre de cette auteure, mais pas lu Naissance d’un pont (prix Médicis 2010). [Depuis, j’ai aussi lu À ce stade de la nuit et Réparer les vivants].

Le livre : Tangente vers l’est de Maylis de Kerangal, collection Minimales, éditions Verticales, 2012, 128 pages, ISBN 9782070136742.

L’histoire : de nos jours dans le Transsibérien. Après avoir tout tenté pour échapper au service militaire en Sibérie, le jeune Aliocha déprime dans le train et le wagon de soldat. Il tente de fuir à Krasnoïarsk, mais la provodnista, redoutée chef de wagon, et sergent Letchov, qui le prennent en tenaille, veillent et l’obligent à remonter en voiture… Au moment de remonter, il aperçoit une étrangère, Hélène, qui fuit Anton, son ami russe nouvellement nommé directeur d’une usine hydro-électrique. Aliocha va réussir à la rejoindre dans son compartiment de première classe… Échappera-t-il à l’armée?

Mon avis : à l’occasion de l’année France-Russie 2010, une quinzaine d’écrivains français ont embarqué à bord du transsibérien, Maylis de Kerangal était du voyage et en a tiré ce court roman (ou longue nouvelle? ou est la frontière?). L’ambiance du train, la terreur du jeune soldat de son affectation et du bizutage qu’il devra subir, la vie brève de Hélène aux environs de Krasnoïarsk, avec peu de mots, l’auteur réussit à décrire les lieux et les ambiances. Un récit court pour un long voyage de plusieurs jours qui aurait pu être monotone, une rencontre assez improbable, mais qui souligne l’ineptie du service militaire russe…

3 réflexions au sujet de « Tangente vers l’est de Maylis de Kerangal »

  1. mamazerty

    ce n’est pas un sujet qui me porte….l’armée, les soldats,russes ou pas….mais je suis contente que tu en dises du bien ici car moi j’en avais entendu ou lu une critique pas si agréable (dommage que je ne sais plus où) sur le style….

    Répondre
    1. Véronique D

      Ca se lit tout seul, il m’a surtout reposé après qq gros livres… mais le style n’est pas très recherché.  ET j’ai pris ce train en 1987, sous la Perestroïka, de Moscou à Irkoutsk, pas le choix, l’aéroport d’Irkoutsk était fermé aux gros avions… j’ai un peu retrouvé l’ambiance de ce train. Bonne journée!

      Répondre
  2. danielle

    j’essaierai de voir… je me souviens l’avoir entendu à la radio, pour le livre sur les ponts, et j’avais été intéressée; mais quand j’ai feuilleté le livre, je n’ai pas eu envie de le lire.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *