Silex, la tombe du chasseur, de Daniel De Bruycker

de_bruycker_silex.jpg J’ai lu ce livre à Toulouse il y a quelques semaines, emprunté dans la bibliothèque d’amis préhistoriens… Avis impartial, donc 🙂 . Et oui, je ne sais pas comment il a pu m’échapper, j’adore lire les livres sur la préhistoire et surtout le Paléolithique, qu’ils soient loufoques ou très documentés.

Le livre : Silex, la tombe du chasseur , de Daniel De Bruycker, Collection Babel poche, éditions Actes Sud, 187 pages, 2001 (première édition en 1999), ISBN 978-2742732388.

L’histoire : du 21 mars au 9 juillet 1985, dans les steppes du Tadjikistan. Une équipe de trois archéologues, composée de Daniel Andreïevitch Izgolchtchikov (anthropologue), de Vera Petrovna Khabarova (anthropologue) et de Oleg Pavlovitch Zmietline (palynologue) est partie fouillée une sépulture d’homme de Néandertal en bord de rivière. Ils se sont tués dans un accident au retour de la mission, et nous lisons le journal de bord de Daniel Andreïevitch Izgolchtchikov. La mission est financée par l’Uzbékistan (où a déjà été trouvé en 1938 le squelette d’un enfant néandertalien à Teshik-Tash), et l’équipe a régulièrement la visite d’Osman, un berger nomade qui mène ses troupeaux à proximité pour l’été.

Mon avis : j’ai adoré ! Emmanuelle, si tu ne l’as pas lu, il faut que tu le trouves… D’un côté, il est très bien écrit, avec de très beaux poèmes qui rythment chaque jour du journal, la confrontation entre les archéologues et les descendants des habitants de toujours (enfin, pas du squelette, c’est un Néandertal, une espèce différente de nous, hommes modernes ou Cro-Magnon). J’ai bien aimé cette petite madeleine qu’est pour moi l’histoire de Baba Yaga, la sorcière des contes traditionnels russes. Côté préhistoire, il est très documenté, parle de la plupart des sépultures néandertaliennes trouvées dans le monde (sauf celles de Charente et Charente-Maritime, départements qui ont pourtant livré le plus grand nombre de restes humains néandertaliens en France, avec Saint-Césaire, La Quina, Marillac, etc., et celles d’Espagne qui ont été trouvées plus récemment). S’il parle de Charente, c’est à propos d’art et d’hésitation avec l’homme moderne, pour le bâton percé avec un bouquetin et un saumon (vous trouverez les références bibliographiques nécessaires sur cette page de mon site personnel de préhistoire). L’histoire se finit mal, pour les archéologues mais pas seulement, mais ce petit livre est vraiment très agréable à lire.

Post-scriptum : j’ai programmé cet article il y a déjà un moment. Ce soir, Monique / Bidouillette / Tibilisfil a titillé ma curiosité… Ce livre a reçu le prix Victor Rossel en 2000, et son auteur, belge, a publié depuis plusieurs romans, mais c’est avant tout un poète, à découvrir sur le site des éditions du cygne ou sur celui des éditions l’Amourier.

logo tour du monde en lecture J’ai sélectionné ce livre pour le tour du monde en lecture proposé par Livresque.

14 réflexions sur « Silex, la tombe du chasseur, de Daniel De Bruycker »

  1. jardin zen

    c’est parce qu’il fait un froid sibérien,que tu nous évoques cette aventure ..??

    lue au coin du feu (de bois),sans doute …??

    bizzzzzzzzzzzz

    2 jours que je reste au chaud ,pour du rangement !!!!

    Répondre
    1. Véronique D

      Il est aussi présent à lam édiathèque de Poitiers, où j’habite… mais les lecteurs du blog habitent partout, bcp à la campagne, et auront peut-être du mal à le trouver…

      Répondre
  2. Bidouillette/Tibilisfil

    Super, je tente, non je vais le trouver pour ma fille avec un droit de lecture! Bon son annif est tard, le 31/12, mais y a la Sainte Catherine, le 25/11, je crois que je vais pas patienter à te lire!!!! !Merci!!!!!!!

    Répondre
    1. Véronique D

      Et bien, je ne sais pas, juste que c’est un premier roman, je n’ai pas noté si c’était écrit sur le livre, je l’ai lu un soir et rendu à mes amis. Le nom est flamand, mais ça ne veut pas dire grand’chose (au fait, vos affaires internes s’arrangent?). C’est assurément quelqu’un qui connaît assez bien les fouilles de sépulture (la technique, etc.) et Néandertal.

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *