Le Diable et le Bon Dieu de Jean-Paul Sartre

Couverture du Diable et le Bon Dieu de Sartre, en vieux Folio Dans le cadre du défi J’aime les classiques proposé par les Carabistouilles de Marie, la relecture d’un Sartre s’imposait à son tour. J’ai choisi une pièce de théâtre, et je la classe avec les lectures de prix Nobel (regroupés par auteur sur cette page), même si Jean-Paul Sartre l’a refusé lorsqu’il a été désigné en 1964.

Le livre : Le Diable et le Bon Dieu, de Jean-Paul Sartre , drame en trois actes, première parution en 1951 chez Gallimard, lu en Folio n° 869, édition de 1987, 252 pages, ISBN 978-2-07-036869-6.

L’histoire : à Worms, en Allemagne, au 16e siècle, lors de la révolte des paysans contre l’Église. Dans la ville, les paysans ont enfermé les prêtres et menacent de les massacrer. Dehors, Gœtz, bâtard d’une famille noble, tient le siège et vient de tuer son frère, qui dirigeait la révolte. L’évêque de la ville est menacé par Nasty, qui dirige la bande des pauvres, à l’extérieur, l’archevêque, par l’intermédiaire d’un banquier, tente de raisonner Gœtz. Mais celui-ci, par simple envie de faire le Mal et de défier Dieu, comme il le répète, décide de passer à l’attaque et de raser la ville. La trahison de Heinrich, modeste curé qui vivait avec les pauvres, qui a reçu in extremis (au sens propre) des mains de l’évêque une clef permettant d’entrer secrètement en ville, va lui donner l’occasion de perpétrer le massacre. Mais coup de théâtre, Heinrich convainc Gœtz que le Bien est plus difficile à faire que le Mal, et ce dernier, par défi, décide de se consacrer à faire désormais le Bien… Mais est-ce si simple et sans conséquence tragique?

Mon avis : j’ai eu du mal à entrer dans la pièce, mais ensuite, je me suis laissée porter par les tableaux successifs qui forment cette pièce de théâtre. Pour information, tout au long de la pièce, Sartre donne une notion religieuse au bien et au mal en les dotant systématiquement d’une majuscule.

Pour aller plus loin : pour suivre l’interprétation philosophique et religieuse de cette pièce, je vous laisse chercher en ligne, mais vous conseille quand même de podcaster (burk, ce mot… télécharger en vue d’une ballado-diffusion, comme disent certains…) l’émission Répliques d’Alain Finkielkraut sur Sartre aujourd’hui, avec Isabelle Stal et Juliette Simon, diffusée le 12 juin 2010 (49 minutes à retrouver ici).

Sur la pièce elle-même, elle fut montée pour la première fois à Paris au Théâtre Antoine (direction Simone Berriau) le 7 juin 1951, dans une mise en scène de Louis Jouvet avec la distribution suivante : Pierre Brasseur (Gœtz), Jean Vilar (Heinrich), Henri Nassiet (Nasty), Jean Toulout (Tetzel), R.J. Chauffard (Karl), Maria Casarès (Hilda), Marie-Olivier (Catherine), Maurice Dorléac (le banquier), Anne-Marie Cazalis, Maria Meriko ; mise en scène : Louis Jouvet, décors : Félix Labisse, costumes : Francine Galliard-Risler réalisés par la maison Schiaparelli.

À propos de Maria Casarès, vous pouvez retrouver sa maison (un ancien manoir) à Alloue en photographie ici (sur le dossier documentaire, clic sur les vignettes pour voir les photos en plus grand), dans l’Image du patrimoine Le Confolentais : entre Poitou, Charente et Limousin (à la fin de l’introduction), ou sur place, en Charente-Limousine, en particulier lors du festival de théâtre début juillet, sa maison étant devenue une maison du comédien.

Vous pouvez aussi voir des images de la création au théâtre (et de sa reprise en 1968 au TNP) sur le site de la Bnf (bibliothèque nationale de France) dans le dossier qu’ils consacrent à Jean-Paul Sartre. Vous pouvez aussi en trouver un extrait avec François PERIER et Juliette MAGRE, extrait diffusé à l’occasion d’une rétrospective le jour de la mort de Sartre, le 15 avril 1980.

Logo du défi J'aime les classiques Je l’ai lu dans le cadre du défi J’aime les classiques proposé par les Carabistouilles de Marie. Je ne sais pas encore ce que je lirai le mois prochain… peut-être un Victor Hugo.

7 réflexions au sujet de « Le Diable et le Bon Dieu de Jean-Paul Sartre »

  1. Zazimuth

    Je ne me rappelle plus trop de ce livre mais je l’ai en double dans ma bibliothèque dans une vieille édition du livre de poche dans les tons rouges (la même vieille édition !).

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *