Des maisons à pan de bois à Confolens

Confolens, maisons à pan de bois, 1, maison du duc d'Epernon Confolens conserve de nombreuses maisons à pan de bois. Le problème, c’est qu’aucune ne porte de décor, mis à part dans de très rares cas de moulures non significatives pour la datation. Comme souvent, de nombreux bois sont remployés d’une construction à l’autre, et même si, comme on va le voir en photographies, il y a des différences dans le mode de construction (avec ou sans décharges en croix de Saint-André, ces pièces de bois croisées qui font la célébrité des maisons à pan de bois, mais il y a aussi des maisons sans ces croix, avec uniquement ou majoritairement des poteaux verticaux. Les rez-de-chaussée ont souvent été très modifiés, mais devaient dans la plupart des cas ici être en pierre. En l’absence de datations par dendrochronologie (étude des cernes des bois), il est impossible de dater ces maisons, qui doivent se répartir entre le 15e et le 18e siècle… Je vous en présente quelques-unes, avec des liens vers les dossiers documentaires réalisés en 2003 lors de l’inventaire du patrimoine culturel de Confolens (plus de précisions en fin d’article).

Confolens, maisons à pan de bois, 2, maison du duc d'Epernon La plus connue à Confolens est sans doute celle de ces premières photographies, dite maison du duc d’Epernon, située dans l’étroite rue du Soleil. Selon la tradition orale, sans aucune preuve, c’est dans cette maison que pendant les guerres de Religion, en février 1619, se seraient réunis Jean-Louis de Nogaret de La Valette, duc d’Epernon, son fils, archevêque de Toulouse, et 300 gentilshommes qui voulaient faire évader Marie-de-Médicis, retenue prisonnière à Blois. La maison a été partagée en deux et les réparations faites séparément sur chaque lot. Voir le dossier de la maison du 12 rue du Soleil.

Confolens, maisons à pan de bois, 3, rue du Soleil Juste à côté se trouvent d’autres maisons du même type, mais recouvertes d’un enduit… Les pans de bois n’étaient en général pas fait pour être à l’air libre, et des règlements des 18e et 19e siècles ont imposé dans la plupart des villes de les couvrir d’un enduit si ce n’était pas déjà fait, afin de limiter les risques de propagation des incendies. Les étroites ruelles de séparation entre les maisons (ici appelées andrones) ont également une fonction de coupe-feu. Voir le dossier de la maison du 10 rue du Soleil.

Confolens, maisons à pan de bois, 4, lattis place Fontaine de Guimard Le remplissage entre les pans de bois est variable. A Confolens, il s’agit souvent d’un mélange de terre et de végétaux, quasiment jamais de briques (ou alors, il s’agit de reprises de ces remplissages). Exceptionnellement sur cette maison située près de la Fontaine de la Fontorse, un lattis (un ensemble de planchettes longues, minces et étroites) a été fixé par dessus les bois, puis recouvert d’enduit (sa chute partielle permet de voir ce lattis). Voir le dossier de la maison du 1, rue Théophile Gibouin.

Confolens, maisons à pan de bois, 5, rue des portes d'Ansac Si vous allez un peu plus loin, rue des Portes-d’Ansac, la quasi totalité des maisons, qui étaient à l’origine un quartier de tanneurs, était construite en pan de bois. Voir le dossier de la maison du 2, rue des Portes d’Ansac, sa voisine (sans n°, l’entrée étant rue Fontaine de Guimard), celle du n° 4 et celle du n° 6.

Confolens, maisons à pan de bois, 6, rue du Vieux Château Si vous remontez vers la partie haute de la ville, près du donjon, rue du Vieux-Château, se trouve cette maison où l’on voit bien l’utilisation d’un remplissage en terre, ainsi qu’au centre, une construction en grille (poteaux verticaux sans décharge oblique ou en croix. La plupart des poteaux sont des remplois, on y distingue des encoches d’assemblage dans une mise en œuvre précédente. Cela ne se voit pas trop sur cette photographie, mais elle est complètement déformée, avec des aisseliers (les pièces de bois assemblées qui soutiennent le toit ici très débordant, pour protéger la façade de la pluie) déportés vers la gauche. Vous voyez aussi qu’à Confolens, la quasi totalité de ces maisons présente des encorbellements, avec l’étage plus large que le rez-de-chaussée, ce qui permet de gagner de l’espace, ici dans une mise en œuvre simple, avec des porte-à-faux des solives (les poutres horizontales perpendiculaires à la façade) coincées entre les sablières (les bois porteurs horizontaux parallèles à la façade)… Voir le dossier de la maison du 3 rue du Vieux Château.

Parfois, les bois peuvent porter des marques facilitant leur assemblage (voir la dernière photographie d’un ici précédent article ici)

Des violettes à Confolens, vues de prèsQuelques précisions : en mars 2010, j’ai profité d’une belle journée printanière à Confolens (pour un colloque) pour faire une série de photographies et partager avec vous quelques-une d’entre elles, comme ces violettes près de l’église Saint-Barthélemy (revoir ici sa façade). Pour plus d’informations sur Confolens et la communauté de communes du Confolentais, deux livres sont toujours en librairie, Parcours du patrimoine n° 325 consacré à Confolens, ou encore l’image du patrimoine Le Confolentais : entre Poitou, Charente et Limousin.

6 réflexions au sujet de « Des maisons à pan de bois à Confolens »

  1. Vinvella

    Très beau et intéressant reportage sur ces maisons anciennes. j’aime beaucoup les maisons et leurs histoires. La dernière photo la maison ne doit plus être habitée !

    C’est dommage de voir des maisons dépérires elle m’ériteraient d’être rénovées , mais c’est certainement trop cher. Je mets ton sujet de côté pour avoir les liens un moment ou je serai plus au calme…..

    Bonne soirée

    Répondre
  2. virjaja

    c’est interessant! je ne savais pas que les pans de bois devaient etre recouverts…mais c’est vrai que ce qu’on trouve beau aujourd’hui n’était qu’utilitaire a l’époque… gros bisous. cathy

    Répondre
    1. Véronique D

      Si tu vas à La Rochelle, il y a un autre mode de protection (il existe aussi alleurs):  l’essentage d’ardoise. Ce sont des plaques d’ardoises qui sont posées sur les parties en bois. Je mettrai des photos un de ces jours, il y en a quelques-uns à Poitiers.

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *