Aya de Yopougon, de Abouet et Oubrerie

Couverture du tome 1 de Aya de Yopogon pioche-en-bib.jpgUne BD à nouveau empruntée à la médiathèque. Elle a reçu en 2006 le prix du premier album au dernier festival de la BD d’Angoulême.

Le livre : Aya de Yopougon, de Marguerite Abouet (scénario ) et Clément Oubrerie (dessins), collection Bayou, éditions Gallimard, 96 planches (et quelques pages pour aller plus loin, vocabulaire, recette de cuisine, etc.), 2005, ISBN 978-2-07-057311-7.

L’histoire : en 1978, à Yopougon, un quartier d’Abidjan en Côte d’Ivoire. Aya et ses copines et cousines sont en pleine fin d’adolescence, autour de 18/19 ans. Aya est une fille sérieuse, qui n’aime pas sortir, draguer, danser, et pense aux études de médecine qu’elle veut faire pour échapper aux trois C : coiffure, couture et chasse au mari ». Adjoua et Bintou, elles, ne pensent qu’à tromper la vigilance de leurs parents et à sortir dans un bar branché pour rencontrer des garçons. Où elles rencontrent aussi leurs oncles, qui courent les jeunettes, des frimeurs en Toyota… jusqu’au moment où l’une tombe enceinte, que va-t-il se passer?

Mon avis : je n’ai pas vraiment mordu à cette bande dessinée, qui pourtant semble plaire à beaucoup, elle fut longtemps assez en tête du top BD des blogueurs organisé par Yaneck / Mes BD à moi, c’est d’ailleurs pour cela que je l’ai empruntée. Mais je n’ai pas vraiment mordu au scénario, qui montre une Afrique insouciante, une vie de quartier où les jeunes gens ne pensent qu’à se retrouver (sauf Aya), seul point un peu plus profond qui est abordé, la possibilité d’un avortement clandestin.

Logo du classement BD de Yaneck Cette BD sera soumise pour le classement du TOP BD des blogueurs organisé par Yaneck / Les chroniques de l’invisible. Mes chroniques BD sont regroupées dans la catégorie pour les BD et par auteur sur la page BD dans ma bibliothèque.

Logo BD for Women

Les articles des livres lus dans le cadre du défi Libérez les femmes artistes et leur crayon du placard, proposé par Audouchoc sont classés ici.

6 réflexions au sujet de « Aya de Yopougon, de Abouet et Oubrerie »

  1. flo

    Je me demande si je ne l’ai pas vu à la média ??? Je me suis achetée un nouveau J. Taniguchi  » L’Orme du Caucase  » et j’ai vu que les 5 tomes du  » Sommet des Dieux  » sont édités en un seul voume.

    La média n’a que le tome 1 …

    Très bon week-end Véro. Gros bisous.

    Répondre
  2. Isa

    J’ai adoré cette série. J’ai trouvé cela agréable qu’on montre aussi cette Afrique jeune et insouciante. On a plus l’habitude de voir les difficultés des pays africains que les bons côtés.

    Répondre
  3. dianou

    hello ma belle, en retard je suis! over a trafiqué un truc, orange vous a toutes mise dans les indésirables, 76 blogs je suis partie a la pêche, résultat une lecture en retard comme jamais, et bobo dos merci la pluie! bon je file voir tes articles, ne me répond pas ici comme d’hab chez moi ou rien les yeux suivent plus , décidément! dit moi par contre, pour le salon de février si on le fait en 2 jours il faut payer chaque fois ? je dois trouver une copine qui le sait ! gros gros bisous a toutes dianou

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *