Apocalypse bébé de Virginie Despentes

Couverture de Apocalypse bébé, de Despentes pioche-en-bib.jpglogo du chalenge 1% rentrée littéraire 2010Ce livre a reçu le prix Renaudot 2010, mais je l’avais réservé avant à la médiathèque, ayant vu qu’il revenait souvent dans les critiques dans les revues et sur les blogs… avec des avis très contrastés, certains ont adoré, d’autres détesté… Il rentre aussi dans le cadre du challenge du 1 % rentrée littéraire 2010, repris par Schlabaya.

Le livre : Apocalypse bébé de Virginie Despentes, Éditions Grasset, 2010, 343 pages, ISBN 978-2246771715.

L’histoire : à Paris aujourd’hui. Lucie, employée dans une agence de détectives privés spécialisée dans la surveillance d’ados paumés et de nettoyage de pages web, prend un savon par une cliente dans le bureau de son chef… Elle a perdu la trace de Valentine, 15 ans, qu’elle surveillait depuis 15 jours, et sa grand-mère n’est pas contente… mais lui demande quand même de retrouver sa petite-fille. Pas formée à ce type de recherche, Lucie demande l’aide de la Hyène, un mythe du milieu des détectives, free lance, lesbienne militante (Lucie a peur de tomber entre ses griffes). Très vite, il apparaît que Lucie a changé ces derniers mois, changement vestimentaire, rejet du portable, des copains (en fait, elle n’en a pas vraiment, dans sa nouvelle école pour riches paumés)… Son père, avec qui elle vit, écrivain sur le déclin, ne pense qu’à son nouveau livre qui vient de sortir, sa grand-mère est trop intrusive. Sa mère l’a abandonnée quand elle était bébé, mais il apparaît vite de Valentine a retrouvé ses cousins et son autre grand-mère… Enlèvement, fugue? En passant par Bourges, l’enquête mène les deux femmes à Barcelone…

Mon avis : trop trash à mon goût… les scènes de partouses bissexuelles sont de trop! Comme le père de la jeune disparue, j’imagine l’auteure… Je cite, page 41 :

Mais il y avait eu Internet. Aujourd’hui, il devait faire un effort constant pour ne pas passer ses journées à tourner en rond sur la toile, hagard et accablé. Les commentaires. Cet anonymat crapuleux, litanie d’insultes obstinées, délivrées par des incompétents. […] Les commentaires de la toile. Il ne s’y faisait même pas insulter. Il aurait voulu pouvoir s’affoler, s’offusquer, se plaindre du traitement qui lui était réservé. Mais il n’était même pas jugé assez intéressant pour que les veaux tarés lui fassent l’aumône d’un mauvais sort. Il en était réduit à écrire, lui-même et sous pseudonyme, quelques phrases de louange subtilement critique sur les forums et blogs littéraires.

Les lecteurs incompétents de la toile, peut-être, mais ils disent ce qu’ils pensent des livres, genre j’aime / j’aime pas, sans se laisser corrompre comme les critiques littéraires ou les jurés de prix littéraires… (vous pouvez relire ma position sur la critique ici). Alors sur ce coup là, moi, je n’ai pas aimé! Pas seulement à cause des pages de sexe trash, aussi pour le manque de consistance des personnages, le style qui ne me convient pas, l’histoire improbable (avec la bonne-sœur à Barcelone, la fin du roman, par exemple). Passer du point de vue d’un narrateur à l’autre ne me gène pas, d’habitude, mais là, c’est un peu trop hermétique entre chaque point de vue. Le portrait d’une époque, conclut la quatrième de couverture… j’espère bien que ce n’est pas le cas!

11 réflexions au sujet de « Apocalypse bébé de Virginie Despentes »

  1. fran6h

    J’ai cherché ce livre aujourd’hui à la médiathèque (lol, je sais où il est maintenant), et à la lecture du commentaire, je ne regrette pas de ne l’avoir pas trouvé.

    Répondre
    1. Véronique D

      Je l’ai rendu depuis deux semaines, je ne l’ai gardé que quelques jours, deux ou trois! Mais il y avait une énorme liste d’attente, déjà avant le Renaudot, j’étais en rang 4 de réservation! Tu peux toujours essayer de le réserver par ton compte en ligne, tu recevras un courrier quand il reviendra, pourquoi ne pas te faire un avis par toi-même? Il y a aussi de bonnes critiques du livre, LOL!

      Répondre
  2. Schlabaya

    Dis donc, si ce roman a d’ores et déjà obtenu le Renaudot 22010 comme tu l’écris, c’est que les jurés comme l’auteur ont quelques longueurs d’avance

    Sinon, je n’ai pas lu ce roman, mais ta « gueulante » me laisse perplexe, est-ce que le point de vue de ce personnage reflète forcément celui de l’auteur ? Il semble qu’elle le fait apparaître comme frustré dans ses ambitions, pas forcément très objectif…

    Répondre
    1. Véronique D

      Oups, corrigé pour l’année… En fait, pas objectif du tout, car j’ai aussi entendu plein d’interview de l’auteure… qui m’a sérieusement agacée! Mais j’ai revendiqué la critique subjective, il y a quelques mois… même les ciritiques professionnels ne peuvent pas être entièrement objectif, et ici, ce n’est qu’un témoignage de lecteur (« mon avis », toujours bien séparé du reste, ne se veut pas universel).

      Répondre
  3. Schlabaya

    Oui, tu as raison, le mot objectif n’était pas le meilleur, mais je voulais te demander si ta gueulante n’était pas motivée par la mauvaise impression d’ensemble que t’avait laissée ta lecture. Autrement dit, si le point de vue dont il est question plus haut est à ton avis celui de l’auteur, ou non… Il se peut qu’elle se distancie vis-à-vis de ses personnages.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *