Voyage en Corse (2) : Bonifacio

La citadelle de Bonifacio vue depuis le port Après Sartène, arrivée à Bonifacio juste après un orage… Voici la citadelle depuis un parking payant, bondé, mais où la barrière s’ouvre même si c’est plein…

les falaises de Bonifacio Après un déjeuner dans un restaurant en bas des marches, nous partons à l’assaut de la citadelle… Nous commençons la visite par une petite promenade au-dessus des célèbres falaises.

Le clocher de Sainte-Marie-Majeure à Bonifacio Puis promenade dans la ville haute, en passant par le clocher de l’église Sainte-Marie Majeure…

… et surtout ses arcs-boutants qui prennent Les arcs-boutants de Sainte-Marie-Majeure à Bonifacio appui sur les maisons de l’autre côté de la rue ! En avant, il y a une loggia ou lieu de réunion… L’ensemble, avec quelques vestiges du 12e siècle, mais surtout des remaniements modernes, est classé monument historique depuis 1982.

Nous avons aussi profité de la journée du patrimoine pour nous promener gratuitement sur les différentes parties du rempart (prévoir sinon un budget d’une dizaine d’euros par personne, car chaque portion fait l’objet d’un droit d’entrée…). C’est assez décevant, car ils manquent vraiment d’explication pour comprendre l’évolution de ces fortifications jusqu’à l’occupation pendant la seconde guerre mondiale… Dans l’un de ces lieux, des éléments de la vie quotidienne sont reconstitués, à la manière des vieux musées d’arts et traditions populaires… Cela mériterait un sérieux dépoussiérage… Il y est fait allusion à la Dame de Bonifacio, qui mourut ici au Mésolithique (disons vers 6000 avant notre ère), découverte par le Pr François de Lanfranchi, et dont les multiples pathologies et handicap ont fait coulé pas mal d’encre dans les milieux spécialisés… (Henri Duday en parla l’année dernière lors de sa conférence au Centre Mendès-France à Poitiers sur la paléo-pathologie). Mais l’original est conservé au musée de la préhistoire de Levie. En gros, elle avait eu un grave accident quand elle était enfant, en est resté grabataire, mais n’en est pas morte.

Le clocher de Saint-Dominique à Bonifacio Plus loin, près des anciennes casernes et ancien lycée, l’église Saint-Dominique avec son clocher octogonal ajouré est beaucoup plus intéressante, et d’ailleurs classée sur une des premières listes de monuments historiques, en 1862.

Mais l’orage suivant arrivait, nous avons eu le temps de regagner la voiture avant le déluge, sans pouvoir éviter les énormes coulées d’eau et de boue sur la route…

Et pour retrouver le voyage de 2009 en Corse, suivez les liens…

Une réflexion au sujet de « Voyage en Corse (2) : Bonifacio »

Répondre à lizagrece Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *