Coccinelle et fleurs en blackwork

Marque-page coccinelle en blackwork

Le Paradis, de Romeo Castellucci, est une véritable arnaque, je n’ai absolument pas vu la moindre référence au librement inspiré de Dante du programme… Mais je vous reparlerai de cette installation que j’ai vue hier. Et aussi des films. Enfin, le festival Télérama a pris toute son envolée… Salle comble au TAP-cinéma (ex-théâtre de Poitiers) samedi à 20h au théâtre pour Séraphine de Martin Provost, qui a probablement bénéficié du double effet du festival et de l’annonce des nominations au festival de Cannes… Et hier à la séance de 11h, séance habituellement assez déserte, la salle du Dietrich était presque pleine pour Entre les murs de Laurent Cantet… Ce soir, je vais voir Vicky Cristina Barcelona de Woody Allen (à 18h au Dietrich), j’espère qu’il y aura aussi du monde…

Avec Laurence/Loumau, nous avions participé en début d’année à un échange de marque-page sur le thème des animaux.
J’ai donc choisi de lui en faire un autre, elle adore les tortues, mais je voulais utiliser du blackwork et n’ai pas trouvé de modèle de tortue dans cette technique. J’ai donc feuilleté le livre, Blackwork, technique et modèles, de Sonia Lucano, aux éditions Marabout (paru en août 2008, ISBN 978-2-501-05715-8) et choisi une coccinelle et des fleurs. J’ai utilisé un galon de Aïda, et rigidifié le marque-page avec un entoilage thermocollant.

J’ai ajouté une carte maison à l’envoi.

10 réflexions au sujet de « Coccinelle et fleurs en blackwork »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *