Cadeau de noël 2007 : un emboîtage compliqué pour livres de cuisine

l'emboîtage terminé et fermé L'emboîtage avec le premier volet ouvert

Fin octobre 2007 à Londres, j’avais commencé à prévoir mes cadeaux de noël. J’y avais pris un livre de packaging très sympa, pour renouveler mes modèles, et une série de quatre petits livres de cuisine trouvés à la boutique du Museum of London.
Il ne me restait plus, au retour, qu’à trouver un revêtement pour l’emboîtage.

Le modèle : Il ne sera peut-être pas facile à trouver en France : Luke Herriot ed., The packaging and design templates sourcebook, Rotovision, 2007, ISBN 978-2-940361-73-1, 16.99£. Voici le lien vers la page du livre sur le site de l’éditeur : page de présentation du livre.

Les matériaux : du carton gris de 2 mm d’épaisseur pour la couverture, de la carte légère pour les soufflets intérieurs, du tissu (j’en ai trouvé un avec un décor de cuisine bien adapté chez Toto), du papier blanc recyclé maison, de la colle vinyllique pour le tissu, de la colle à papier peint pour le papier, du velcro.

L'emboîtage avec le deuxième volet ouvert L'emboîtage avec le troisième volet ouvert L'emboîtage termine ouvert

 

La réalisation : il a d’abord fallu prendre précisément les mesures pour adapter le modèle, en tenant compte de la dimension des livrets, de leur épaisseur, et aussi de l’épaisseur de la carte du petit volet où l’on glisse l’un des livres et celui de la case où j’ai mis les trois autres livrets. Je voulais que tout soit bien ajusté, donc que ça ne  » flotte  » pas mais que ça ferme quand même. Ensuite, découper le carton gris, l’habiller (extérieur et rabat) avec le tissu, faire sécher à plat sous presse. Puis préparer les cartes cartonnées pour la case et pour le volet, recouvertes de papier recyclé. Garnir l’intérieur du futur emboîtage, laisser sécher sous presse à plat. C’est là que ça se complique, après le montage de la case et du volet. J’avais bien pris les mesures, mais pas calculé de rétraction du tissu. Du coup, la charnière du dos était un peu juste. Mais après deux semaines sous serre-joints, tout était rentré dans l’ordre, à temps pour noël ! L'emboîtage sous presse vu de la couverture
L'emboîtage sous presse vu de dessus
Les finitions : pour la fermeture, j’avais d’abord prévu un petit aimant très plat pour magnet, mais ça ne tenait pas assez bien fermé. Je l’ai remplacé par du velcro autocollant, qui a tendance, lui, à fermer trop fort !

Post-scriptum : j’ai réutilisé ce modèle pour un concours de broderie (voir par ce lien) , avec quelques différences : à l’intérieur, j’ai utilisé un papier jaune, pour la fermeture, j’ai mis un bouton pression riveté, et ajouté une broderie sur la couverture.

Post-post-scriptum : j’ai ajouté deux articles sur la fabrication de la pâte et l’étirage des feuilles de mon papier maison.

Une réflexion au sujet de « Cadeau de noël 2007 : un emboîtage compliqué pour livres de cuisine »

  1. sylvie37

    ah c’est donc là que tu as utilisé les serre-joints!!! je ne pense pas aller jusque là car … tout d’abord je n’ai pas ce genre de matériel et puis finalement ce sera une boite déco fermée avec ruban mais maryse m’a cependant bien conseillée en mettant sous presse fortement, déjà ma boite baille bq moins, merci d’etre passée me voir. Au fait, tu as réussi à t’inscrire à la commauté du cartonnage? Bonne soirée et à bientôt, je continue la visite de ton blog, sympa

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *