« Oh… » de Philippe Djian

pioche-en-bib.jpgCouverture de Oh de Philippe DjianUn livre trouvé à la médiathèque. Il a reçu le prix Interallié 2012.

Le livre : « Oh… » de Philippe Djian, collection Blanche, éditions Gallimard, 2012, 237 pages, ISBN 9782070122141.

L’histoire : de nos jours dans un lotissement. Michèle, la narratrice, qui sélectionne des scénarios pour une société de production, vit seule depuis trois ans, depuis son divorce d’avec Richard, un auteur sans succès, mais ils sont restés en bons termes. Elle a été récemment violée chez elle par un homme cagoulé, et son agresseur continue à s’introduire dans sa maison pour y laisser des messages menaçants, mais elle se refuse à porter plainte et n’en a encore parlé à personne. Elle s’équipe pour organiser sa défense (bombe de gaz incapacitant, grosse lampe-torche, etc.). Son agresseur serait-il l’un des auteurs refusés? Elle a fondé AV Productions il y a vingt-cinq ans avec Ana, une femme qui a accouché en même temps qu’elle mais a perdu son bébé, elles sont devenues amies, Ana est la marraine de son fils, Vincent, qui vient d’emménager avec une jeune fille sans avoir aucun moyen de subsistance. Sa mère, Irène, 75 ans, insiste pour qu’elle rende enfin visite à son père malade, incarcéré depuis une trentaine d’années pour avoir commis un massacre dans un camp de vacances, un père qu’elle a rayé de sa vie. Comment va évoluer la situation?

Mon avis : j’avoue que j’ai toujours eu du mal avec les livres de Philippe Djian, ce nouvel opus n’échappe pas à la règle… Des histoires emmêlées, peu crédibles (la rencontre à la maternité avec celle qui deviendra sa meilleure amie, les meurtres du père), avec des passages crus (les scènes de viol, la coucherie avec le mari de sa meilleure amie, la soirée échangiste avec les voisins), l’abus d’alcool n’est-il que dans le texte ou aussi pour l’écriture du livre par son auteur? L’absence de découpage en chapitre ne permet pas au lecteur de souffler dans sa lecture qui ressemble par moment à la lecture des faits divers dans la presse locale. Les critiques que j’ai entendues à la radio soulignaient la prouesse pour un homme d’écrire dans la bouche d’une narratrice, je ne vois pas où est l’exploit, la description des viols semble même tout droit sortie de fantasmes de mec.

Logo rentrée littéraire 2012

Ce livre entre dans le cadre du défi 1% de la rentrée littéraire organisé à nouveau cette année par Hérisson.

6 réflexions au sujet de « « Oh… » de Philippe Djian »

  1. Nini79

    Ce sera sans moi, ce type d’histoire ne m’inspire pas du tout. Ma pile à lire est déjà bien trop fournie pour que je m’embarrasse de ce genre de romans, fut-il primé.
    Bises, belle journée.

    Répondre
  2. Luna

    Ca ne me tente pas du tout, le viol étant un thème que je trouve bien inutile de développer et en général très mal fait quand c’est traité par un homme… La question que je me pose, surtout, c’est pourquoi continues-tu de lire les livres de cet auteur, si ça ne te plaît pas tellement ? A cause du défi, j’imagine, mais pourquoi ne pas prendre un autre auteur ? En tout cas, tu as du courage car quand je lis un livre que je n’aime pas, je traîne des semaines 🙂

    Répondre
    1. Véronique Dujardin Auteur de l’article

      J’avais sauté ses deux ou trois derniers titres… Là, la critique disait qu’il avait changé… je ne trouve pas! Quand un livre ne me plaît pas du tout, je l’abandonne… Je lis bcp de livres de la bibliothèque. Bonne soirée!

      Répondre
  3. mamazerty

    j’ai attrapé le virus Djian(bien que je suis loin d’avoir TOUT lu) à côtoyer une amie qui en était folle et me l’a fait connaitre;mais bon, les histoires de viol non merci sans façon même signées par un auteur que j’aime

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *