De la mémoire kinésique / kinesthésique

L’autre jour, j’ai cherché en vain mes clefs, en essayant de reconstituer ce que j’avais fait en rentrant la veille (des courses…) et où j’aurais pu les poser en automatique à la place de leur rangement habituel (sur la table de la cuisine, près de l’ordinateur, dans le sac, dans le manteau…). Je suis partie au marché avec mon double, bien rangé à sa place habituelle. Au retour, j’ai retrouvé mon trousseau de clefs… dans le frigo. Acte manqué comme dit mon père? Cela m’a valu une explication de la neurologue sur la mémoire kinésique ou mémoire kinesthésique. Elle est d’accord, les clefs, ça ne se range pas dans le frigo, mais en faisant plus confiance à son corps, on peut faire agir cette mémoire du mouvement et des impressions, reconstituer des ensembles de gestes… et retrouver où on a pu poser quelque chose.

DigicodeElle m’a donné deux exemples de mémoire kinésique / kinesthésique. Le premier, ce sont les codes, digicodes, codes de cartes bleues ou même codes sur votre ordinateur. Quand il change, les premiers jours, vous le mémorisez comme vous voulez, premières lettres d’une phrase pour les codes d’ordinateur par exemple. Pour les codes à 4 chiffres (entrée d’immeuble par exemple), je les transforme en suite de deux départements ou chefs-lieux de département. Chacun fait comme il veut/peut pour se souvenir de ces codes que l’on ne choisit pas toujours. Après quelques jours (moins d’une semaine), ce n’est plus une suite de chiffres mémorisée que vous composez sur le clavier, mais le mouvement que forme cette suite de chiffres. Si on vous demande le code (celui de l’immeuble, pas celui de la carte bancaire, LOL!), il est probable que vous ayez besoin de ce geste et d’être devant le clavier, au moins en imagination, pour le dire à votre interlocuteur.

Un bus en villeLe deuxième exemple est celui d’un trajet que vous faites habituellement comme passager, plutôt en bus qu’en voiture. Si vous discutez ou lisez, rêvez, dormez ou ce que vous voulez, vous ne ratez jamais l’arrêt, vous vous êtes en alerte juste avant. S’il y a un changement (vous prenez une ligne avec un trajet différent, il y a une déviation à cause de travaux), vous êtes perturbé et plus vigilant sur le trajet. Pourquoi? Grâce à la vision périphérique? « Pas terrible pour vous« , sympa la neurologue 😉 mais elle n’a pas tort… L’annonce sonore des arrêts? « Vous ne les écoutez plus si vous connaissez la ligne, le cerveau filtre les informations répétitives » (c’est vrai, sur les chantiers, après quelques dizaines de minutes, vous n’entendez plus les alertes sonores des camions, dumpers et autres, et ça peut devenir dangereux). Donc ni la vue ni l’ouïe ne sont en jeu, ou en tout cas pas complètement, c’est la mémoire kinésique qui vous alerte, l’ensemble des sensations de la suite des virages, ralentissements, etc., qui vous signale l’approche de l’arrêt habituel…

En revanche, elle ne m’a pas expliqué comment on fait pour « faire confiance au corps », à la mémoire des mouvements, en un mot, la mémoire kinésique ou kinesthésique.

Mon méningiome de la faux du cerveauSinon, j’ai depuis plusieurs mois quelques troubles de la mémoire, modérés mais qui m’énervent, surtout sous la forme de mémoire des noms propres (noms de famille et noms de lieux), je peux localiser très précisément le lieu dans ma tête  ou sur une carte, raconter les circonstances de la première ou de la dernière rencontre avec la personne ou des projets communs, mais ai parfois (souvent?) du mal à me souvenir du nom. Ça pourrait aussi bien être un problème d’attention, être lié à la fatigue, mon anti-épileptique a été exclu (un mois de substitution par un autre = retour des paresthésies et de l’allodynie, mais pas d’amélioration sur les noms), ou encore à un « biais d’observation », comme je sais que des troubles de la mémoire peuvent apparaître notamment à cause du méningiome frontal ossifié (la grosse tache blanche sur l’image ci-dessus, stable à la dernière IRM), je prête une plus grande attention à la moindre anomalie… Je ferai de nouveaux tests neurologiques fin avril, pour avoir un tableau complet, même si au quotidien, ce n’est pas (encore?) une vraie gêne.

Je suis sûre que je vous parlerai à nouveau des discussions ma foi fort intéressantes avec les neurologues!

10 réflexions au sujet de « De la mémoire kinésique / kinesthésique »

  1. Dane

    Bon, je suis plus âgée que toi, c’est vrai. Mais ça fait longtemps que je m’énerve parce que je vois les gens (pas en vrai) et IMPOSSIBLE de mettre un nom sur leurs visages tout d’un coup ça revient sans qu’on sache pourquoi, un flash ! Par contre j’ai toujours eu un problème avec les noms de rues, je ne les mémorise pas (?)
    Je vais te raconter quelque chose qui va te faire rire. J’habitais encore en Charente, donc je devais avoir à peine 40 ans et nous avons retrouvée la peluche de Simon (mon 2ème fils) dans le frigidaire, c’était moi qui l’avais rangée (certainement qu’elle traînait et qu’en rangeant mes courses j’ai tout rangé).
    Donc, tu n’es pas toute seule mais tiens nous au courant des explications de la neuro c’est très intéressant
    Bon WE

    Répondre
  2. Redien

    Et mon gratin dauphinois perdu lors d’un dîner chez moi. À mi-cuisson je vais voir dans le four et….surprise: nada! Quedal.
    Je vais voir mon mari pensant qu’il
    l’avait posé qqpart. Ben non! Finalement il était dans le….frigo. Double apéro pour les copains le temps qu’il cuise. Geste manqué aussi. J’ai dû le poser là quand ils ont sonné

    Répondre
    1. Maryse

      Redien c’est Maryse… Mais via mon iPhone il a fallu que je mette mes coordonnées et j’ai mis mon nom de famille (ceci pour les habitué(es) du blog)

      Répondre
  3. Maya

    coucou Véro …
    alors comment vas tu ..!!??
    si tu savais combien de fois je retrouve des choses qui ne sont pas a leur place et que je recherche depuis longtemps..!!
    comme mes lunettes , mes clefs ..l’huile dans le frigo…MDR..!!
    de superbes choses sur ton blog…
    vivement le soleil, marre de la pluie..!!
    je te fais de gros bisou……

    Répondre
  4. Luna

    Des discussions intéressantes et impressionnantes. Il m’arrive aussi de ne pas ré&ussir à remettre un mot sur quelque chose. c’est terriblement agaçant…

    Répondre
  5. MARIETTE

    moi j’ai beaucoup de mal à me souvenir des noms, alors quand je rencontre une personne dont le nom m’échappe, je lui souhaite le meilleur et je reste un peu vague avec un sourire et de la gentillesse je m’en sors et quelquefois miracle ça me revient. Mais je t’admire car tu as cette maladie qui t’implique tous les jours Amitiés

    Répondre
  6. Emmanuelle

    Les clés dans le frigo, pourquoi pas… Tu peux aussi attacher au porte-clés un petit bitonio qui répond quand on le siffle, ça évitera de les chercher la prochaine fois ! Cela dit, je crois que oublier des noms ou poser des trucs dans des endroit incongrus, ça arrive à tout le monde.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *