Bleus horizons, de Jérôme Garcin

Logo de pioché en bibliothèqueCouverture de Bleus horizons, de Jérôme GarcinJ’ai emprunté ce livre à la médiathèque, au rayon large vision. De , je vous ai déjà parlé de Olivier.

L’histoire: décembre 1914. Sophie de la Ville de Mirmont, est venue à Paris pour tenter d’avoir des explications sur la mort au front de son fils Jean, mobilisé à Bordeaux le 8 septembre. Il fut fauché deux mois plus tard, enterré debout au milieu d’un déluge de feu au Chemin des Dames. Son camarade, Louis Gémon, au retour, n’a qu’un but: faire connaître et publier ce poète oublié, fut-ce au détriment de sa vie amoureuse ou de ses relations avec le monde extérieur…

Mon avis: Jean de la Ville de Mirmont n’a publié qu’un roman de son vivant, Les dimanches de Jean Dézert, et un recueil de poèmes, L’horizon chimérique, qui inspira une pièce sous le même titre à Gabriel Fauré. Jérôme Garcin publie ici à la fois une biographie et un roman historique à travers la vie (fictionnelle) d’un de ses camarades de tranchée. L’occasion, comme dans Une après-midi d’été, de Bruno Le Floc’h, d’aborder la question du retour et ici plus du « syndrome du survivant », Louis Gémon étant incapable de mener sa vie hors de celle qu’il essaye de reconstituer de Jean de la Ville de Mirmont. Au fil de sa quête, il lui fait croiser Gabriel Fauré (trop vieux pour avoir été mobilisé), François Mauriac (planqué), etc. Jérôme Garcin réussira-t-il son pari, une rue de Bordeaux portera-t-elle un jour le nom du poète fauché à la guerre dans un lieu si propice aux invasions, le chemin des Dames, entre Laon et Soissons dans l’Aisne : outre cette première bataille en 1914, puis le tristement célèbre épisode de l’offensive Nivelle d’avril à juin 1917, ce secteur vit aussi la défaite des Belges (au sens Gaulois du terme) face à Jules César en 57 avant notre ère autour de Berry-au-Bac, et en 1814, lors de la bataille de Craonne sur le plateau de Hurtebise, Napoléon vainquit les Prussiens et les Russes au prix de 5400 morts côté français… Pour revenir au livre, il se lit facilement (surtout en large vision pour moi!), mais ne me laissera sans doute pas le même souvenir à long terme que Olivier, sans doute parce que ce dernier racontait un drame personnel de .

2 réflexions au sujet de « Bleus horizons, de Jérôme Garcin »

  1. CHANTREL Jean-Luc

    Madeleine Nasouska-Chantrel était ma tante.
    Nous avons d’elle une des stations de son chemin de croix, la N° 3 que je viens de remettre il y a un mois a mon neveu qui habite à Cannes ( St Laurent du Var).

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *