Reconnaissance des légumes, l’arnaque de l’enquête…

Planche de dessins de légumes et autres par l'ASEFLa semaine dernière, vous avez dû entendre cette information publiée par Libération et reprise en boucle sur tous les médias: d’après une enquête, les enfants sont incapables de reconnaître les légumes. Je suis allée pod-caster le reportage du journal de France 2 sur ce sujet: si vous l’avez vu, rien ne vous a frappé? On n’a pas demandé aux enfants de reconnaître des vrais légumes, mais de très mauvais dessins représentant, sans aucune échelle ou repérage, des légumes, des fruits et autres. Dans le reportage, un enfant a identifié un concombre pour une courgette, un autre un radis pour une betterave. Vue la médiocre qualité des dessins (voir l’image ci-contre récupérée sur le site de l’Association santé environnement France (Asef), qui a réalisé cette enquête), franchement, je trouve que ce ne sont pas les enfants qui sont à blâmer, mais les enquêteurs. Reconnaître une abstraction (le dessin d’un fruit, d’un légume ou d’un steak haché) ou identifier un objet concret (le légume  cru ou préparé), ce n’est pas du tout la même chose ni les mêmes zones du cerveau qui sont en cause! Et puis vu le dessin, les deux réponses sur concombre/courgette devraient être justes, et sans couper certains de mes concombres du jardin, vous pourriez les prendre pour des courgettes. Vous aviez reconnu la betterave, vous, sur le dessin? Pas moi! Et pourtant, j’en cultive au jardin (euh, cette année, le jardin, il est encore trop humide) et en achète régulièrement au marché. Petite, je n’aurai pas non plus reconnu les figues, probablement pas non plus la pastèque, il n’y en a pas dans les jardins du nord de la France! Bon, l’enquête a été menée dans la région de Marseille, où l’on doit savoir ce que c’est.

La deuxième partie du questionnaire est quasiment infaisable pour un enfant de 8 ans au développement cognitif normal et exclut d’office tous les enfants dys- (dyslexiques, dyspraxiques, ou autres dys-). Il faut d’abord identifier la chose représentée. Pour ma part, je ne sais absolument ce qu’est la chose dans le cornet (deuxième en partant de la gauche sur la première ligne), ni le truc en bas à droite du yaourt, vous avez une idée? Je n’ai pas trouvé les réponses dans l’enquête complète… [PS: en regardant les graphiques des réponses données par les enfants, je conclus que dans la boîte, ce sont des pop-corn, et le tas en bas des pâtes]. Ensuite, il faut connaître l’ingrédient qui est à la base de la chose que vous avez peut-être identifié. Pour le ketchup industriel, j’aurai personnellement dit sucre ou eau, pas forcément tomate, regardez sur l’étiquette, les ingrédients sont classés dans l’ordre du plus abondant au moins abondant, la tomate n’est pas toujours en tête, même si j’en ai vu à 59 et 75% de purée de tomate. Pour les choses panées, comment savoir leur composition sur un dessin??? Pour le steak haché, c’est encore plus compliqué, il faut des tests génétiques pour savoir si c’est du bœuf, du cheval 😉 (il existe des steaks hachés de cheval vendus comme tels, pas seulement du cheval déguisé en bœuf) en Europe , de l’antilope ou de l’âne en Afrique-du-Sud, du rat ou du renard en Chine et pourquoi pas chez nous? Ici, on n’a pas cherché d’ADN autre que celui des animaux domestiques comestibles dans notre culture, pas le chien, le chat, le rat, l’âne… même si certains échantillons de viande ne contenaient aucun ADN des espèces recherchées, au moins pour ceux-là, ça aurait valu le coup de chercher ce que c’était.

Le poisson pané, c’est d’abord du blé ou des graines de tournesol (la panure) et seulement après du poisson, dans certaines marques (j’en ai vu à 40% de poisson dans la liste des ingrédients, 60% au maximum).

Bref, les dessins de l’enquête sont mauvais, les enfants, les adultes, moi qui pourtant mange et cuisine énormément de légumes sous toutes les formes, ne sommes pas capables de reconnaître ces dessins, le résultat aurait sans doute été très différent avec de vrais légumes et de vrais aliments!

Je ne nie pas qu’il y a probablement un déficit de reconnaissance des légumes chez les enfants, mais l’enquête dont on nous a rabattu les oreilles montre juste que les enfants ne font pas le lien entre de vilains dessins et une réalité concrète dans leur assiette, et prouve donc plus l’inculture de ceux qui ont réalisé cette enquête, au moins d’un point de vue du développement neuro-cognitif, que celle des enfants!

Je ne comprends vraiment pas pourquoi les journalistes ont « gobé tout cru » cette enquête sans voir qu’il y avait un problème de méthode.

Parmi les autres questions posées aux enfants dans l’enquête complète, il y a d’autres choses surprenantes. Par exemple, pour le goûter, une des réponses possibles est « Un pain au chocolat ou une barre au chocolat ». Or ce n’est pas du tout la même chose de manger un petit pain au chocolat plein de graisses (et d’additifs s’il s’agit d’un petit pain industriel) ou un morceau de bon pain artisanal avec une barre de chocolat.

Le Lou Burger, image de France-Bleu LimousinPour le steak haché, je vous conseille le Lou burger (marque déposée), un burger 100% Limousin, bœuf label rouge, fromage de Pomerol AOC, pain à la châtaigne, fine tranche de pomme verte croquante (AOP du Limousin)… Testé et approuvé au Geyracois à Limoges mardi dernier (la veille de mon épopée en train). Je n’ai pas pris de photographie sur place… j’ai emprunté celle du site de France-Bleu Limousin. Pour celui que nous avons mangé avec ma collègue (enfin, plutôt ceux, un pour chacune!), la pomme était sous le burger, et il y avait une petite sauce aux champignons, servi accompagné de salade et de frites maison.

10 réflexions au sujet de « Reconnaissance des légumes, l’arnaque de l’enquête… »

  1. Luna

    je suis d’accord avec toi, les enfants ne peuvent pas s’appuyer correctement sur des représentations abstraites en 2 D. Il leur faut du concret !

    Répondre
  2. baudelot

    Très bien vu ! Les photos sont effectivement inexploitables.
    1ère partie, comment reconnaître sans échelle une banane et une pastèque mises côte à côte ?
    Mon minimoi, qui est plutôt calé en jardinage, n’a pas reconnu les betteraves.

    Moi je trouve hallucinant les questions posées dans la 2ème partie. Bel exemple de repas équilibré : ketchup, pop-corn, poissons pané (j’ai eu du mal à le reconnaître), frites, jambon (c’est le sel le premier ingrédient ;)), chips , pâtes (méconnaissables en effet on a pensé d’abord à des céréales)

    J’aime bien aussi :
    « 5) Est-ce que tu rajoutes du sel ou du sucre ?
    a. Jamais
    b. De temps en temps
    c. Tout le temps »
    Pourquoi mélanger les 2 ? Je n’ajoute jamais de sel mais je mets du sucre dans mon yaourt. Je réponds quoi ? Il aurait fallu différencier sel et yaourt.

    Si les médias avaient un œil critique sur la soupe qu’on leur prémâche ça se saurait 🙂

    Répondre
  3. Emmanuelle

    Mmm, ce burger a l’air délicieux !! Quant à l’enquête, en effet même si beaucoup d’enfants ne connaissent les légumes que via des conserves ou des préparations toutes faites, ils ne sont quand même pas tous ignares, et je suis sûre aussi qu’une enquête mieux menée aurait eu des résultats plus « encourageants » ! Que les journalistes aient pris tout cela pour argent comptant ne m’étonne guère non plus… Bisous et bonne journée !

    Répondre
  4. virjaja

    il a l’air bon ce burger! je pense que les enfants se débrouillent avec les dessins, leurs livres de jeux et de devoir de vacances en sont pleins…mais certains ne connaissent que peu de vrais légumes, je m’en aperçoit avec les copines de ma fille..qui ont pourtant 13 ou 14 ans. gros bisous. cathy

    Répondre
  5. mamazerty

    ah çà me fait penser à certains item d’évaluations à passer en début GS pour savoir le niveau d e langage des enfants…(bon, je vais être juste, çà existait il y a 4 ans….je suis quasi sûre que çà ne s’est pas amélioré depuis)….à savoir d es dessins illisibles ,vieillots ou non représentatifs…Il faut savoir qu’il n’y a qu’à l’éducation nationale et dans la malle de livres de nos arrières grands parents que les trains sont encore représentés avec des wagonnets et une loco style « à charbon »…à bon entendeur….merci pour ce coup de g…bien mérité….

    Répondre
  6. Nini79

    Je trouve ton analyse très pertinente, merci d’avoir attiré notre attention, et de nous inviter à prendre du recul par rapport aux « enquêtes »… effectivement, il faut que les enfants puissent voir et toucher… et qu’un adulte leur nomme ce qu’ils voient…
    Bises, belle soirée.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *