Paris, le rhinocéros de Jacquemart

Paris, l'ancien palais du Trocadéro, carte postale ancienne, le rhinocéros, 1 Je vous ai montré l’autre jour l’ancienne fontaine du Trocadéro, construite en 1878 et détruite en 1935. Sur le parvis du musée d’Orsay ont été réunis trois des quatre statues qui la composait, le cheval à la herse de Pierre Rouillard, l’éléphant pris au piège d’Emmanuel Frémiet, le rhinocéros de Henri Alfred Jacquemart, le bœuf d’Auguste Cain (oui, le sculpteur des tigres chimères de l’hôtel de ville de Poitiers) est désormais à Nîmes. Après le cheval, je poursuis avec le rhinocéros, d’abord sur une carte postale ancienne à son ancien emplacement…

Paris, l'ancien palais du Trocadéro, carte postale ancienne, le rhinocéros, 2 Et une autre vue ancienne…

Paris, le rhinocéros de l'ancien palais du Trocadéro, 3, de face

Le pauvre n’a plus aucune considération en tant que sculpture (photographies d’octobre 2010), il sert de siège aux visiteurs du musée…il a rejoint cet emplacement en 1985. De 1935 à 1985, il était porte de Saint-Cloud.

Paris, le rhinocéros de l'ancien palais du Trocadéro, 4, la signature de Jacquemart Il porte la signature « A. Jacquemart 76 » (ou 1878?, mais ça semble bien être 76, l’année de la commande plutôt que celle de la fonte?). Henri Alfred Jacquemart (Paris, 1824 – Paris, 1896) est un sculpteur animalier assez célèbre, même si c’est la première fois que je vous montre une de ses œuvres… Si vous passez à Paris, vous pouvez voir deux lions puissants de sa main au jardin des Plantes… ou deux dragons sur la fontaine Saint-Michel (entre autres exemples).

Paris, le rhinocéros de l'ancien palais du Trocadéro, 5, la signature du fondeur Voruz

La marque du fondeur est présente sur la terrasse (la petite partie verticale sous la statue) : « Usines J. Voruz aîné Nantes 1878 » (voir l’histoire des fondeurs Voruz).

Paris, le rhinocéros de l'ancien palais du Trocadéro, 6, de profil Grimpé sur un gros bloc, il témoigne de sa force, la queue levée n’augure rien de bon, gare aux passants… et aux importuns qui le prennent pour un siège !

Paris, le rhinocéros de l'ancien palais du Trocadéro, 8, de profil Bon, au moins, il est en bronze… sa corne ne craint pas le vol, contrairement à beaucoup de rhinocéros conservés dans nos muséums et qui ont été vandalisés ces derniers mois (même quand la corne était remplacée par une corne en résine…).

Paris, le rhinocéros de l'ancien palais du Trocadéro, 7, les plantes A ses pieds, un peu de végétation exotique, cactus et philodendron… pas sûre que ce soient deux plantes qui cohabitent…

10 réflexions au sujet de « Paris, le rhinocéros de Jacquemart »

  1. Bidouillette/Tibilisfil

    On s’assied partout, un peu dommage, surotut quand on laisse des traces. Par contre ce que j’aime en France plus qu’ici, c’est les détails, sculpeur, atelier, au moins une reconnaissance! Et puis voilà que tu parles un peu de la Seine, çà me met toujours dans tous mes états, lol! Bisous et bon we!

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *