L’assassinat de l’ingénieur Leberton de Jacques Farisy

Couverture de L'assassinat de l'ingénieur Leberton de Jacques Farisy

pioche-en-bib.jpgUn livre trouvé à la médiathèque parmi une sélection de livres régionaux.

Le livre : L’assassinat de l’ingénieur Leberton de Jacques Farisy, collection geste noir n°18, Geste éditions, 2011, 212 pages, ISBN 978-2845617872.

L’histoire : près de Poitiers, 1973… Dans le domaine de Voulsailles, le corps de l’ingénieur Maurice Leberton est retrouvé assassiné dans son bureau. Or il devait dans quelques semaines présenter au ministre de la guerre la dernière invention de la SACA. Personne n’a entendu le coup de feu, mais peu avant sa mort, il avait reçu la visite de Herman Klaste, son collaborateur qui possédait aussi une partie des clefs permettant de reconstituer l’invention. Or Klaste ne s’est pas présenté à l’usine, ni dans son appartement de la résidence Saint-Hilaire à Poitiers… Un jeune policier, Michel Tourrier, se voit confier l’enquête et part à sa recherche à Genève, où il semble avoir fui, quand un nouveau cadavre est retrouvé à Voulsailles… cette fois, la victime est Antoine, le valet de chambre de Leberton…

Mon avis : le fait que le roman se situe dans un cadre familier (j’habite… la même résidence que le principal suspect!) est sympathique, le scénario est plutôt bien ficelé, mais je n’ai pas vraiment adhéré, je ne sais pas, il manque quelque chose, un peu plus d’épaisseur aux personnages peut-être, des phrases plus riches?

5 réflexions au sujet de « L’assassinat de l’ingénieur Leberton de Jacques Farisy »

  1. Dianou

    bonjour toi, bon un bouquin que je n’aborderais pas ! Je suis trop difficile, aufinal en dehors des livres de Bernie Dubus je ne lis plus , j’aime son monde dns lequel je plonge avec délice, avec l’impression de vivre avec ses personnages et d’y rester apres ! Seule la bicyclette bleue m’à fait cet effet là ! J’aime bien continuer à être dans le bouquin une fois terminé ou le reprendre sans en être sortie vraiment le lendemain . Tu connais Bernie? Quand à la rouelle, miam , moi j’aime le porc au lait avec de la sauge , ça ne donne pas le même résultat , mais la rouelle c’est bon et tendre surtout quand on connais son boucher on sais que la viande est de qualité . aller je te laisse, passe une bonne journée, gros bisous dianou

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *