Exposition : Strasbourg-Argentorate

Affiche de l'exposition Argentorate au musée archéologique de Strasbourg Au cours de mon grand week-end début novembre 2010 à Strasbourg, j’ai visité tous les musées et la plupart des expositions en cours. Après Des mondes de papier, l’imagerie populaire de Wissembourg, voici, toujours au Palais Rohan, mais proposée par le musée d’archéologie, Strasbourg-Argentorate jusqu’au 31 décembre 2011 (oui, vous avez plus d’un an pour la découvrir). Cette exposition est la huitième des restitutions ces dernières années des fouilles menées à Strasbourg par le musée d’archéologie, en partenariat avec le Service régional de l’Archéologie (DRAC Alsace) et l’Institut National de Recherches Archéologiques Préventives (INRAP), le premier prescripteur des fouilles et le second principal opérateur national de l’archéologie préventive.

Strasbourg donc était à l’époque romaine un camp de légionnaires, Argentorate, dispositif important dans le dispositif du Limes (frontière romaine) séparant le monde romain du monde « barbare » (l’extérieur). J’aime beaucoup d’ailleurs l’affiche de l’exposition qui superpose une vue aérienne actuelle et une restitution de l’emprise du camp romain. L’exposition est un peu dense, et vous pouvez aussi, au sein du musée d’archéologie, reconnaître à une petite étiquette des objets des collections habituelles en lien avec le thème. Elle retrace l’histoire des recherches sur le camp de légionnaire depuis le 18e siècle, les apports des fouilles récentes, la vie de la 2e et de la 8e légion Auguste, les relations entre le camp et l’extérieur, les boutiques, la vie économique, etc.

Je vous invite à aller découvrir le dossier en ligne de l’exposition Strasbourg-Argentorate.

5 réflexions au sujet de « Exposition : Strasbourg-Argentorate »

    1. Véronique D

      Non, il y a des chantiers à l’occasion de chaque permis de construire, de chaque travaux de voirie, en application de la loi sur l’archéologie préventive… Au fil des années, cela donne des ensembles cohérents, à défaut d’être continus sur une grande surface…

      Répondre
  1. virjaja

    on pense toujours aux camps romains vers le sud, je n’avais meme jamais pensé qu’il y en avait en Alsace! merci, je file lire ce que tu a mis en lien!!! gros bisous. cathy

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *