Des clous pour aveugles devant la gare à Poitiers? N’importe quoi!

Poitiers, le rond-point de la gare pour aveugles kamikazes, 1, montage de quatre vues Alors que, comme annoncé hier, je prépare un gros article pour mardi prochain (25 octobre 2011) sur Poitiers ville inaccessible aux personnes en situation de handicap (et aussi aux personnes âgées ou qui ont des poussettes), un article paru dans Centre Presse hier matin m’a fait bondir! (je ne mets pas de lien direct sur l’article car il n’est accessible gratuitement que le jour de parution) « Les nouvelles « zone 30 » ou « zone de rencontre » donnent la priorité aux piétons« . Il est précisé plus loin dans l’article, que les zones de rencontre sont des zones à 20 km/heure. Dans les zones « 30 » la matérialisation des passages piétons devrait rester exceptionnelle. La base de l’article était une altercation entre un automobiliste et un piéton rue de la Tranchée à Poitiers, en zone 30, l’article se voulait pédagogique. Je ne sais pas pourquoi ensuite, l’élue interrogée, Éliane Rousseau, adjointe à l’Espace public, a dérivé sur la gare :

Je cite : A la gare, des passages sont indiqués par des clous au sol: « ils sont destinés aux personnes atteintes de cécité. » [dixit donc Mme Rousseau, selon le journaliste].

Ni une, ni deux, ce matin, je suis sortie avec mon appareil photo et mon mètre-ruban. Cela serait bien si les élus savaient de quoi ils parlaient et si les journalistes avaient un minimum d’esprit critique et allaient vérifier la réglementation. La personne aveugle ou malvoyante qui voudrait traverser en face de la gare a toutes les chances de se faire écraser, de ne pas trouver les clous qui ne sont pas face à face, de se vautrer dans le piquet anti-voiture en plein milieu du passage et de ne pas pouvoir aller d’un point à l’autre… vu que l’espacement de ces clous est de 63 à 66 cm. Si cette personne a un chien-guide, il refusera de traverser, puisqu’il est dressé à franchir des passages protégés à zébras. Si la personne est amblyope mais distingue néanmoins les contrastes de couleur, elle n’a aucune chance de les repérer. Quant au piéton normal, il risque sa vie dès la nuit tombée, les automobilistes ne les voient pas et dès que le trafic le permet, ne roulent jamais à 30km/h! Et les chiens d’aide pour personnes en situation de handicap mental et/ou physique (du type de ceux de Handi’chien) sont aussi « bêtes » que les chiens guides pour aveugles… ils sont dressés pour ne pas traverser en dehors des passages protégés à bandes contrastées!

Poitiers, le rond-point de la gare pour aveugles kamikazes, 3, traversée dangereuse Voici une idée des obstacles, photo prise un peu après 18h ce soir… Il faut contourner le taxi, tenter de trouver la bande podotactile aussi appelée bande d’éveil de vigilance, BEV en jargon, (impossible à trouver ici je pense), réussir à traverser le terre-plein, rejoindre l’autre passage qui amène sur un second terre-plein à partir duquel vous pourrez rejoindre le trottoir d’en-face.

Poitiers, le rond-point de la gare pour aveugles kamikazes, 4, traversée option 2 Il existe d’autres parcours plus simples pour rejoindre le trottoir côté ville, en face de la gare, par exemple traverser un peu plus loin sur la gauche ou la droite, sans passer par le terre-plein central, mais il n’y a aucun guidage pour les trouver, également des clous très espacés, et une forêt de piquets bas pour éviter aux automobilistes de passer… sans oublier évidemment un piquet au centre de chaque passage soit-disant protégé. Cette photographie de ce matin vers 8h15 vous montre aussi comme le piéton serait fou de vouloir tenter de traverser ailleurs que dans les clous…

Poitiers, le rond-point de la gare pour aveugles kamikazes, 5, un passage moins inaccessible Les seuls passages protégés au sens du code de la route accessibles aux personnes handicapées pourraient presque ressembler à celui-ci : au niveau du trottoir, le passage est surbaissé pour les fauteuils roulants, il est signalé par une bande d’éveil de vigilance (ou bande podotactile) « conformément aux indications de la norme P98-351 » (modifiée en août 2010, qui définit sa position perpendiculaire à la chaussée, à 50 cm de celle-ci, en contraste par rapport aux couleurs du trottoir, etc.). Le passage protégé répond également à des normes qui définissent la largeur et la longueur des bandes, le contraste avec la chaussée, l’espacement entre les bandes (arrêté du 16 février 1988, modifié). Si des barres verticales sont nécessaires pour empêcher les voitures de se garer sur ces passages, alors ces barres doivent mesurer au moins 1,20 m de haut (les barrières sur la photographie ne sont absolument pas aux normes, c’est un passage protégé un peu plus loin de la gare, sur le boulevard Pont-Achard), avec le haut signalé en contraste par rapport à la barre et au fond général.

Poitiers, le rond-point de la gare pour aveugles kamikazes, 2, bandes de guidage sur le parvis Quelques derniers détails… des bandes de guidage presque aux normes devant la gare (même si le matériel posé est de mauvaise qualité, très dégradé juste après quelques mois) qui mènent à la tête de taxi…

L’aménagement de cette traversée est donc tout sauf accessible aux personnes aveugles ou mal-voyantes, et des clous espacés de plus de 60cm non reconnus dans le code de la route comme une traversée protégée ne sauraient les guider quand bien même ils les trouveraient! J’en ai un peu assez que l’on essaye de faire gober de telles inepties aux lecteurs de la presse quotidienne… Et n’oubliez pas, rendez-vous mardi 25 octobre 2011 pour aller de la gare de Poitiers au centre ville et traverser la nouvelle place devant l’hôtel de ville avec plusieurs options, handicap moteur (ça vaut aussi pour les poussettes pour enfant ou de marché), visuel (y compris pour les personnes âgées valides mais qui ont, âge oblige, un champ visuel moins large), mental (ou tout simplement un étranger qui aura bien du mal à se repérer)…

PS: Lien direct vers ce nouvel article : Poitiers ville inaccessible

Pour en savoir plus sur le handicap visuel et les adaptations possibles des chaussées et un peu plus :

– voir le site du CERTU à Lyon, organisme qui s’occupe d’équipements techniques et d’adaptations de l’espace public ou privé… Ils ont aussi une page très bien faite sur les zones 30… et un document sur la mise en place des bandes d’éveil et de vigilance.

– voir le site de la Confédération Française pour la Promotion Sociale des Aveugles et Amblyopes et particulièrement la page sur les passages protégés.

– les sites labellisés tourisme et handicap dans la Vienne (la liste reste limitée, ce qui montre l’effort restant à faire, aucun hôtel de la commune de Poitiers, par exemple, et seulement deux près du Futuroscope)!

– l’attraction (en supplément du droit d’entrée, gérée par une association mais à imposer à tous les élus de Poitiers) les yeux grands fermés au Futuroscope près de Poitiers (voir aussi le dossier de presse 2010 de l’attraction)…

– la loi n° 2005-102 du 11 février 2005 pour l’égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées

20 réflexions au sujet de « Des clous pour aveugles devant la gare à Poitiers? N’importe quoi! »

    1. Véronique D

      Oui, mais désormais, je ne laisserai plus passer ce genre de propos, il va falloir que nos élus et techniciens de la ville arrêtent de nous mentir sur l’accessibilité ou la prenne comme prétexte à des aménagements qui n’ont rien à voir… A suivre mardi prochain, tu vas voir, c’est édifiant!

      Répondre
  1. philippe

    Merci pour cet article et cet oeil critique qui manque trop souvent à nos médias. La photo du poteau au milieu des clous parle d’elle-même, où est le bon-sens ?

    J’ai hête de lire ton prochain article sur le sujet

    Répondre
    1. Véronique D

      Mon article est presque prêt… Je ne sais pas pourquoi la ville a décidé de parler accessibilité alors qu’il y a très peu de choses de faites… Le chemin est long pour l’échéance prévue du 1er janvier 2015 prévue par la loi de février 2005 sur le handicap… Mais s’ils considèrent que ces aménagements absurdes sont accessibles, dans leur tête, alors la bataille va être longue…

      Répondre
  2. Pierre Brune

    Bravo ! La situation à Poitiers est particulièrement scandaleuse pour les handicapés, les personnes âgées ou avec poussette. Pendant que Claeys se gausse de son Coeur d’agglo lui et son équipe sont incapables de faciliter la vie des personnes citées plus haut y compris dans les rues du centre-ville défoncées, aux trottoirs étroits et impraticables alors qu’on laisse des places de stationnement pour les bagnoles dans toutes les rues rendant ainsi impossible un aménagement réel pour les piétons. Et bien entendu c’est encore pire quand on s’éloigne du « Plateau ». Et dire que Claeys croit être de gauche…

    Répondre
  3. Stephane DE FONTES

    Bonjour,

    Je suis technicien Ville de Poitiers et je m’occupe de l’accessibilité pour le service des Bâtiments et le service Espace Public.

    Je vous propose une réunion sur le thème de l’accessibilité et de sa prise en compte dans la Ville ainsi que les travaux réalisées depuis la Loi de Février 2005.

    Nous pourrons également aborder le parvis de la gare qui date d’avant la loi pour l’accessibilité (pour le potelet: l’abaque de detection d’obstacle n’exister pas, arreté du 15 janvier 2007, pour les clous se ne sont pas des clous podo pour PMR car nous somme en zone 30).

    La Ville de Poitiers présente les projets d’aménagement à un groupe de travail constitué d’associations ( APF….).

    Cordialement

    Stephane DE FONTES

    Répondre
    1. Véronique D

      Le problème, c’est qu’à la commision d’accessibilité, ce sont des proches de personnes handicapées et rarement des personnes concernées qui participent aux réunions. Les BEV cloutés posés ces dernières semaines au croisement de la rue Renaudot et de la rue Victor-Hugo répondent exactement à ce qu’il ne faut pas faire (voir le lien en fin d’article sur les passages protégés), en courbe pour l’un, de biais par rapport à la chaussée pour d’autres. Quant aux clous de la gare, OK, ce ne sont pas des clous pour PMR… mais ce qui a été dit dans la presse par une élue comme justification de cet aménagement et c’est ce qui m’agace, justifier des équipements par le handicap quand ils ne le sont pas. Je suis entièrement d’accord pour vous rencontrer, je ne suis pas là en fin de semaine, je vous envoie un message en privé avec mes disponibilités.

      Répondre
  4. FRONTIN MARCEL

    En y regardant de plus près vous remarquerez que le taxi se trouve dans le passage de l’accessibilité,c’est tout dire .Monsieur Stéphane de Fontès vous a répondu ; il est vrai que vous semblez connaitre d’avantage les lois et travaux que des personnes dont c’est le métier et qui ont  reçu une formation adéquat et approfondie.La ville de Poitiers fait le maximum et ce n’est que justice pour les handicapés mais bien sur cela ne sera jamais assez.Mais, j’aurai aimé que vous fassiez des observations aussi pertinentes pour les automobilistes qui stationnent mal et sans gêne sur les bateaux d’accessibilités surtout à l’arrivées ou aux départs des trains.Vous oubliez certainement que l’automobile est au service de l’homme et non le contraire .Il vous est très facile de faire des remarques aux journalistes et à l’élue mais la moindre des politesses c’est de vous renseigner et aussi après renseignements de râler . Ah!Il me semble que l’esplanade appartient à la préfecture  et non à la ville de Poitiers.  

    Répondre
    1. Véronique D

      Ce n’est pas faute d’en avoir parlé depuis des années sans résultat à qui de droit, y compris à la police pour les voitures sur les trottoirs (voire l’avoir appelée quand je suis bloquée par une voiture sur un trottoir avec un ami en fauteuil roulant). L’esplanade appartient en grande partie à la SCNF, je le sais pour m’être officiellement renseignée, justement. Mais la chaîne de déplacement des PAVE dépend des communes. S’exprimer ici est beaucoup plus efficace que des dizaines d’entretiens, visiblement… Rien n’empêchera la praution de monarticle beaucoup plus complet programmé pour mardi prochain, cela relève aussi du devoir de vigilance et d’alerte du citoyen…

       

      PS: comme vous le faites visiblement vous-même souvent, j’ai aussi réagi D’ABORD sur le site en ligne de centre presse… dès lundi matin…

      Répondre
  5. criquette

    a oui ta raison pour le coup de gueule, quel plouc ceséelus franchement, ça se voit qu’ils circulent jamais à pieds pour voir leur propre connerie lol! bien vu l’aveugle   , vaut mieux qu’il reste chez lui c’est plus prudent, dangereux de se promener à poitiers alors lol. merçi de l’info vero. bravo pour ton article.biz

    Répondre
  6. FRONTIN MARCEL

    Bonjour ,

    bien sur qu’il faut faire paraître votre travail pour permettre de dialoguer ,de discuter,de montrer ses points d’accords et de désaccords.C’est comme cela que l’on fera avancer les choses.Car la bonne parole n’est pas forcément celle que l’on croit c’est à dire la sienne. Poitiers est une ville du moyen âge et des impératifs liés à l’architecture ne permettent pas de faire toujours ce que l’on veut. En visitant d’autres villes je me suis aperçu que Poitiers était en avance  en ce qui concerne le handicap et pourtant, il reste encore beaucoup de travail à faire.Mais il est vrai que tout tourne autour des financements c’est à dire nos impôts.J’ai beaucoup voyagé dans le monde et passé une dizaine d’années  en région Parisienne et Poitiers  peut donner des leçons à beaucoup de villes.Mais je m’étonnerai que dans votre dossier vous ne parliez pas du vote des malvoyants ,aveugles,handicapés moteur.Il s’agit là aussi d’un vrai combat pour permettre une vraie citoyenneté égale à tous. Encore un autre point qui n’est jamais cité  l’accessibilité aux petits commerces en regardant ce que cela entraînera pour eux le financement de la mise aux normes et en regardant aussi la difficulté  des personnes handicapés pour avoir accès à ces lieux.Beaucoup de problèmes annexes  mais importants pour ceux qui sont concernés et qu’il faut aussi gérer pour le mieux de tous.

     

    Répondre
  7. Cathdragon

    C’est honteux ! Malheureusement maintenant je peux vraiment m’en rendre compte car mon beau-père est en fauteuil…. et dès qu’il doit sortir tout est très compliqué… cath

    Répondre
    1. Véronique D

      Le problème, c’est qu’une élue n’y connaissant rien parle à tort et à travers du sujet… Ca m’a agacé… On verra bien si au moins, les piquets au milieu du passage disparaissent et des zabras apparaissent, je n’y crois pas trop…

      Répondre
  8. Vinvella

    Bravo pour ton regard critique, ainsi que cet article très bien expliqué. Je crois qu’il faudrai que tous les élus fasse le tour de la ville en fauteuil ou avec une canne  pour qu’ ils se fasse une idée bien précise de leur stupidité. Oui je suis un peu beaucoup utopiste !!!!

    Alors au 25 et j’espère que vous serez nombreux….C’est vrai que l’on se demande mais que fait se poteau à cet endroit ! bravo pour les photos.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *