5000e commentaire… et antipetitserpentigraphe

Saisie d'écran pour le 5000e commentaire

Le 5000e commentaire a été posté par Mende, mardi dernier… Je lui avais mis un commentaire un peu obscur quelques jours plus tôt, cherchant le mot antipetitserpentigraphe sur le web… Et Mende l’a mis dans un de ses poèmes il y a deux ans et demi… Et pourquoi chercher ce mot ? Parce que Michel Vallière m’a mise au défi de l’utiliser, mais je ne le trouvais dans aucun dictionnaire… Quant au seul (?) livre qui en parlerait, Il a neigé cette nuit de Marie Rouanet , il faut que j’aille le chercher dans une bibliothèque périphérique… Affaire à suivre… (c’est en fait dans Nous les filles, de Marie Rouanet que j’ai trouvé la réponse). Je ne sais toujours pas exactement ce que veut dire antipetitserpentigraphe ! Mais Mende, tu as peut-être la réponse ? J’attends aussi ton adresse pour t’envoyer un petit quelque chose pour ce 5000e commentaire ! Et le prochain cadeau sera soit pour le 1000e article (avec un petit jeu), soit pour le 7500e commentaire, le premier qui arrivera…

15 réflexions au sujet de « 5000e commentaire… et antipetitserpentigraphe »

  1. michel+valière

    Ah, vous chauffez… mais la première fois, sauf erreur, où elle en parle doit être dans son ouvrage en langue occitane Dins des patetas rojas (= dans des chaussettes rouges), et je le suppose dans une traduction bien rallongée: Nous les filles (Payot).
    Voilà, ma collègue et amie Marie Rouanet a passé son enfance dans le quartier Ste Ursule à Béziers où ma mère fut élève puis ma^tresse d’école (Ste Ursule).
    Rien d’étonnant que nous connaissions tous les deux ce petit mystère? mais moi, je ne le lui ai pas emprunté, je le connaissais par ma culture personnelle du village (LESPIGNAN-34) où je suis venu vivre quand mes parents sont descendus de Paris, comme on dit par là-bas.
    Donc, le mystère est encore entier, partagé avec d’autres personnes du Bitterois.
    Réveillez-vous gens de Béziers ou de Lespignan pour apporter votre réponse que je souhaite précise. Bonne quête…
    Je vous donnerai ma solution en cas d’échec, n’ayez crainte.
    Cordiales amitiés.

    Répondre
  2. jppratali

    Antipetitserpentigraphe est un mot qui apparaissait inévitablement quand on jouait aux « métiers », c’est-à-dire quand on jouait à faire trouver le nom d’un métier en mimant celui qui l’exerce. Il arrivait toujours que quelqu’un arrive sans savoir quels gestes faire. On savait alors que le métier(?) présenté était antipetitserpentigraphe, mais on personne ne savait ce que c’était. Le maître (instituteur) ou le moniteur qui supervisait le jeu ne manquait pas alors de conseiller de ne pas dire cette sottise.
    Il y a quelques temps j’avais eu la révélation de l’origine de ce mot farfelu, malheureusement je ne l’ai pas noté et je crains de ne pouvoir me le rappeler: il s’agissait de la déformation d’une expression peut-être scientifique ou alors publicitaire qui était tellement ressemblante que c’était assurément la clé de l’énigme. 
    C’est dans ce sens qu’il faut chercher.  

    Répondre
  3. Danielle

    Eh bien, antipetitserpentigraphe a même fait carrière jusqu’à Montpellier. Du moins, dans le quartier populaire de Figuerolles où j’ai passé ma petite enfance. Les choses se passaient exactement comme le décrit Marie Rouanet dans son livre : personne ne savait ce que c’était mais personne ne mettait en doute l’existence de ce prestigieux métier. Je ne désespère pas de trouver un jour son origine. Car enfin, quelqu’un a bien dû l’inventer un jour …

    Répondre
  4. AURELLY

    En jouant avec des copines (il y a dans les 50 ans!), ce mot est tombé dans mon oreille et je l’ai retenu à cause de son originalité. Mais depuis, je me demande ce que c’est, c’est bien la première fois que je le trouve! Merci internet!!!

    Répondre
  5. Patrice P

    Je ne sais où vous êtes allés chercher mais je vais vous raconter une anecdote j avais dix ans ou bien onze peut être même douze je ne sais plus mais, en colonie nous jouions à ce fameux jeux des métiers et, un des joueurs voulant à tout pris gagner à mimé un personnage. L’endroit où nous nous trouvions, dans la creuse , était dans nos fantasmes infesté de vipères. Le mime de fait représenté un chasseur de vipère. Personne ne trouvant de réponse ce jeune enfant à déclaré, c’est un antipoposerpentinographe étonné le moniteur lui a dit qu’est que tu racontes là ?  » ben oui m’sieur c’est c’ui qui prend le venin et qui le vend à Pasteur  » Le soir dans la chambrée il nous avoua que ce nom de métier il venait de l’inventer c’était en 1968 voir 69. Ce mot à peut être fait le tour de France pour devenir maintenant antipetit…..

    Répondre
    1. Jean-François

      Amusant. J’ai fait connaissance avec le mot « antipoposerpentigraphe » à l’école primaire vers la même époque (fin des années 60). Mais je n’ai jamais su que c’était un chasseur de vipère qui se cachait sous ce métier obscur 🙂 !

      Répondre
  6. Boris

    Marrant, ce soir je me couche et à cet instant remonte en moi, sans aucune explication valable, le mot antipatiserpentigraphe.
    Je le google et voilà que je tombe sur ce fil.
    Je suis parisien, mais passais tous mes étés chez mes grands parents à Beziers au dessus de gargaillan (entre 1975 et 1990).
    Allors pourquoi pas ? cet antipati* mémorisé serait un antipetit*
    Soit !
    Mais diable ! Il y a-t-il quelqu’un pour nous en donner la définition ?

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *