Les amants de la mer Rouge, de Sulaiman Addonia

Couverture du livre de S. Addonia, les amants de la mer rouge J’ai reçu ce livre par le site Chez les filles.com, qui m’a déjà envoyé d’autres ouvrages (voir en fin d’article).

Le livre : Les Amants de la mer Rouge, de Sulaiman Addonia, éditions Flammarion, traduit de l’anglais par Anne Guitton, 2009, 305 pages, ISBN 978-2-0812-1707-2.

L’histoire : Fin des années 1980, au Soudan, dans un camp de réfugiés érythréens. Une mère confie ses deux fils à son frère, émigré à Djeddah, en Arabie Saoudite. Là-bas, son oncle s’occupe plus ou moins du narrateur, Nasser (avec deux s dans le livre, un seul en 4e de couverture et dans la communication de Flammarion, allez savoir pourquoi). Pour avoir et renouveler les papiers, les étrangers doivent avoir un Khafil, sorte de protecteur qu’ils doivent payer. Alors qu’il a quinze ans, l’oncle envoie Nasser chez le khafil qui, à défaut de paiement, viole le jeune garçon. Plus tard, abandonné par son oncle et son frère, il est obligé de travailler dans un café fréquenté par des homosexuels, ou du moins des hommes qui, à défaut de pouvoir accéder aux femmes, se payent des hommes. Très vite, il est prostitué par le patron. Une société en noir (les femmes couvertes de la tête aux pieds) et blanc (les hommes). Dans ce climat lourd, sous une surveillance permanente de la police religieuse, un jour, une femme fait tomber devant lui un papier dans lequel elle lui déclare leur amour. Seul signe distinctif, elle a réussi à se faire acheter des chaussures roses. Comment ces deux jeunes gens réussiront-ils à se voir ? À vous de le découvrir.

Mon avis : un livre plein d’amour malgré tout, qui se lit d’une traite, et qui m’a fait découvrir une société saoudienne si terrible que je ne l’imaginai pas ainsi, je pensais que c’était réservé à l’Iran et plus ouvert ici… Certes, le livre se passe il y a une vingtaine d’années. Le livre montre aussi subtilement que quels que soient la surveillance et la délation, des hommes réussissent à avoir des relations homosexuels, des hommes et des femmes à s’aimer, en dépit des terribles châtiments corporels (bastonnade, lapidation à mort, décapitation) qu’ils risquent. Ce livre semble très autobiographique, même si l’auteur et son frère sont désormais réfugiés à Londres.
Pour vous faire une idée par vous-même, vous pouvez télécharger le premier chapitre sur le site des éditions Flammarion.

Logo de Chez les filles Le site Chez les filles.com (merci à eux et notamment à Suzanne) m’ont déjà envoyé ces autres livres, que j’ai parfois aimés, parfois pas du tout. Retrouvez-les sur la page des livres reçus pour critique.

logo tour du monde en lecture J’ai sélectionné ce livre pour le tour du monde en lecture proposé par Livresque.

2 réflexions sur « Les amants de la mer Rouge, de Sulaiman Addonia »

  1. pauline

    Bonjour,tout d’abord merci pour ces partages littéraires.
    Je souhaite savoir comment recevoir les livres de « chez les filles »,je suppose qu’il faut des conditions particulières?Lequelles?
    Merci de me repondre sur mon mail.
    Amicalement
    pauline

    Répondre
  2. sylvie

    je l’ai reçu aussi celui là, et je n’ai pas encore rédigé mon billet… Pas très sérieux tout ça, mais j’avoue que je ne suis pas pressée parce que je l’ai trouvé interessant mais myen, et je ne sais pas encore comment aborder mon avis mitigé… Il va falloir que je m’y mette pourtant!

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *