La voix de Arnaldur Indridason

Couverture de La Voix, de Indridason J’ai lu ce livre il y a déjà quelques semaines. Mais comme vous allez le voir, il fallait en réserver le compte-rendu pour aujourd’hui.

Le livre
: La voix, de Arnaldur Indridason, collection une enquête du commissaire Erlendur Sveinsson, collection Points policier, P 1831, 2008, 401 pages, ISBN 978-2-7578.0725.5. Traduit de l’Islandais par Éric Boury. Grand prix de littérature policière 2007.

L’histoire
: quelques jours avant noël, dans un grand hôtel de Reykjavik, le père noël est retrouvé assassiné dans le cagibi qu’il habite au sous-sol, habillé de son habit mais culotte baissée, avec un préservatif. En fait, le père noël est habituellement l’homme à tout-faire de l’hôtel, vit là depuis des dizaines d’années. Mais le commissaire Erlendur Sveinsson découvre qu’il avait été un enfant vedette quand il était petit, chanteur soliste d’une chorale. Déprimé à la veille de noël – il est divorcé, n’a pas vu ses enfants grandir, maintenant, sa fille tente de sortir de la drogue – il s’installe dans une chambre de l’hôtel pour enquêter.

Mon avis
: une descente sombre dans le monde des chorales d’enfant, la façade arrière des grands hôtels. À lire pour découvrir aussi l’Islande, mais peut-être pas le jour de noël, plutôt lors d’un long trajet en train par exemple…

Les livres de la série que j’ai lus :

3 réflexions au sujet de « La voix de Arnaldur Indridason »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *