La chambre sous-marine de Joost Zwagerman

Couverture de zwagermanJ’ai acheté un lot de livres de la collection « Motifs » chez un soldeur il y a quelques mois.

Le livre : La chambre sous-marine de Joost Zwagerman, traduit du néerlandais par Alain Van Crugten, 1ère édition Calman-Lévy, 1994, ISBN 9782702123058 ; ré-édition collection Motifs (n° 117), éditions du serpent à plumes, 2001, 438 pages, ISBN 9782842612238.

L’histoire : à Amsterdam, dans les années 1990. A quinze ans, Simon Prins avait déjà visité le quartier chaud de sa ville natale, Alkmaar. Étudiant à Amsterdam, il est devenu un client assidu de quelques prostituées, passant devant les « vitrines », finissant dans les chambres de passe sordides. Jusqu’au jour où il repère la chambre sous-marine de Lizzie Rosenthal, dont il tombe amoureux, passant de client à amant…

Mon avis : je ne connaissais pas du tout cet auteur néerlandais qui aurait eu toute sa place il y a quelques années dans le cadre du défi lecture Octobre fritissime. Ce livre nous emmène dans le milieu de la prostitution à Amsterdam. Le sujet est abordé du point de vue du client, un client probablement atypique, étudiant qui a découvert la prostitution adolescent et est devenu « accro », circulant devant les « vitrines » lorsqu’il n’a pas les moyens de se payer une passe. Alors qu’il a « levé le pied », il repère face à sa chambre celle d’une « fille ». À travers le portrait de la prostituée dont le narrateur tombe amoureux, nous assistons à la chute d’une fille, Lizzie Rosenthal, venue de sa province faire des études, qui se prostitue pour gagner un peu d’argent, puis évidemment abandonne ses études. Un sujet je pense rarement abordé dans le cadre d’un roman (et non d’un polar), bien servi par l’écriture de son auteur.

Logo de Octobre, le mois FritissimeIl y a quelques années, ce livre aurait eu toute sa place dans le défi Octobre fritissime, littérature et patrimoine du Benelux.

4 réflexions au sujet de « La chambre sous-marine de Joost Zwagerman »

  1. mamazerty

    çà fait 3 fois que je passe sur ton article et 2 fois que j’enlève le com que je voulais laisser.En ce qui me concerne la prostitution est un sujet que je ne connais pas bien, je veux dire par là que des récits d e prostituées ou ex, j’en ai lu, sont ils vrais je l’ignore.de même des articles soit disant d efond mais se contredisant….Tantôt décrivant la prostitution comme un moyen comme un autre de se sortir d’une mauvaise passe (sans jeu d e mots) tantôt décrivant l’esclavagisme que c’est….qu’en est il en réalité dan s les pays où c’est un métier réglementé et plus ou moins étatisé, je n’en sais fichtrement rien.Entre la misère sexuelle des uns ,que la société ne prend pas en compte , omerta sur ce sujet,(en me^me temps qu’en est il d e la misère sexuelle féminine, je ne sais,à croire que seuls les hommes souffrent de cette solitude là ) et la « fonction » des femmes prostituées, avec ou sans mafia,j’ai beau me renseigner sur ce sujet, je trouve peu qui réponde à mes questions d e fond.et c e n’est pas dans un roman, me^me excellent que je les trouverai….
    bon allez, celui ci, d ecom, je te le laisse
    bonne fin de semaine et bon week end, Véro

    Répondre
  2. danielle

    qui sait, mamazerty, si les réponses ne sont pas parfois dans les romans?… mais sur ce thème comme sur tant d’autres, un seul ne doit pas suffire à analyser la question. je ne connais pas du tout cette collection; à propos, j’ai trouvé un ensemble de six tomes de bd « le juge Bao »; après avoir trouvé chez des bouquinistes trois livres de Van Gulick. bon we!

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *