La ballade du calame de Atiq Rahimi

pioche-en-bib.jpgCouverture de La ballade du calame de Atiq RahimiUn livre trouvé parmi les nouvelles acquisitions de la médiathèque. Je vous ai déjà parlé de Syngué Sabour, pierre de patience, du même auteur.

Le livre : La ballade du calame de Atiq Rahimi, éditions de l’iconoclaste, 195 pages, 2015, ISBN 9782913366763.

La présentation de l’éditeur:

« L’exil ne s’écrit pas. Il se vit.
Alors j’ai pris le calame, ce fin roseau taillé en pointe dont je me servais enfant, et je me suis mis à tracer des lettres calligraphiées, implorant les mots de ma langue maternelle.
Pour les sublimer, les vénérer.
Pour qu’ils reviennent en moi.
Pour qu’ils décrivent mon exil. »

Ainsi a pris forme cette ballade intime, métissage de mots, de signes, puis de corps.

Celui qui se dit « né en Inde, incarné en Afghanistan et réincarné en France » invente une langue puissante, singulière et libre.

Une méditation sur ce qui reste de nos vies quand on perd sa terre d’enfance.

Mon avis : je n’avais d’abord pas fait attention aux deux l de ballade… J’ai donc fait une plongée poétique et non une promenade, quoique. Il m’était donc impossible de faire un résumé personnel, j’ai préféré mettre la présentation de l’éditeur. Atiq Rahimi nous emmène à travers le monde, son monde intime, le monde depuis la création (voir le chapitre sur Adam et Eve), le monde de l’exil de sa famille (école à Kaboul, arrestation de son père, exil  en Inde, puis en Europe), le monde de la calligraphie, qui commence par l’apprentissage de l’Alef, le A, cette grande ligne verticale (mais souple…), première lettre de l’alphabet arabe, et de nombreux alphabets en général. Petit à petit, la calligraphie dérive vers la callimorphie, cette représentation de corps à partir des lettres… J’ai beaucoup aimé cette promenade poétique interrompue par ces « dessins », mon préféré se trouve page 144, où Atiq Rahimi souligne des simples mots « sans glose » la callimorphie qu’il a formé avec les lettres de  ÂKHAR-É DJAHÂN, la fin du monde ÂKHAR-É DJAHÂN, la fin du monde, un dessin inspiré de l’Origine du monde de Gustave Courbet. Mais surtout, ne soyez pas rebuté par l’érudition de ce livre, des références à de nombreux auteurs de tous les domaines, si vous ne les connaissez pas, cela n’empêchera pas de vous promener dans l’imaginaire de Atiq Rahimi en écho au vôtre, et vous invitera peut-être à poursuivre la promenade avec d’autres auteurs (Michel Foucault, Pierre Gourou, Paul Eluard, Henri Gougaud et plein d’autres) ou artistes (au premier rang desquels Man Ray…). Bonne lecture et bonne « ballade / balade » !

Logo rentrée littéraire 2015Ce livre entre dans la catégorie roman pour le défi de la rentrée littéraire organisé par Hérisson.

2 réflexions au sujet de « La ballade du calame de Atiq Rahimi »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *