Égalité filles / garçons en primaire???

Centre Presse, 4 février 2016La semaine dernière, le 4 février 2016, le quotidien régional Centre Presse, édition de la Vienne, proposait un article sur une visite de 26 élèves de CM2 de l’école Jacques-Brel à l’IUT de Génie Thermique et Énergie de Poitiers. Sur le fond, il s’agit de promouvoir les études scientifiques dès le plus jeune âge, par l’intermédiaire de l’association des Petits débrouillards, qui organise des stages gratuits dans de nombreuses villes autour des sciences abordées par l’expérimentation. Ils sont très bons dans ce domaine, en revanche, pour la mixité et l’égalité filles / garçons dans les activités, ils repasseront! La photographie qui illustre l’article m’a interpellée (je l’ai partagée avec des ami(e)s féministes et sur les réseaux sociaux et envoyée au magazine Causette) : pour la réunion finale dans l’amphithéâtre, il y a deux rangs de garçons devant et un rang et demi de filles derrière. Je veux bien qu’en CM2, les garçons et les filles se mélangent peu dans la cour de récréation (en classe, le (la) « professeur(e) des écoles devraient veiller à la mixité), mais une telle séparation spatiale, avec les filles DERRIÈRE, ça n’aidera pas les filles à prendre confiance en elles en général, et pour les métiers scientifiques en général!!! Comment voulez-vous ensuite qu’il y ait une égalité hommes / femmes dans le monde du travail, le partage des tâches ménagères, etc.? N’est-ce pas le rôle des accompagnants, nombreux (un pour 5 enfants), de veiller au mélange des genres? Il y a sur la photographie quatre jeunes avec un sweat-shirt des Petits débrouillards de l’IUT et un adulte (instituteur? professeur de l’IUT?), que des hommes, la féminisation des métiers scientifiques est sur de bien mauvais rails! Tiens, il faudrait que je demande à l’association Femmes et sciences ce qu’elle en pense…

 

11 réflexions au sujet de « Égalité filles / garçons en primaire??? »

  1. Emmanuelle

    Ouaip, on est mal barrées ! Et c’est pas sûr que le ministère des Droits des femmes, de l’enfance, de la famille (de la cuisine, du repassage, etc…) arrange tout ça ! 😉 Bisous et bonne journée !

    Répondre
  2. Jo

    Oui franchement cette association abuse d’obliger ainsi les enfants à se séparer contre leur grés. Le photographe aurait aussi pu faire un effort afin de faire une photo « naturellement » équilibrée garçon/fille…. et puis l’Education Nationale pourrait se forcer un peu pour qu’il y ait des mixités parfaites dans les classes (afin de montrer que les filles ont autant de chance que les garçons d’être éduqué). Enfin les proportions raciales ne sont pas respectées… quelle honte ! Seuls 4 enfants basanés au 1er rang alors qu’il y en a au moins le double sur les autres rangs… comment voulez-vous ensuite que ces enfants réussissent si on leur envoie une image aussi négative (relégués au 2nd rang) ? Bref, cette photo est un vrai scandale et devrait être dénoncée d’urgence à toutes les assos militantes !!!

    Répondre
    1. Véronique Dujardin Auteur de l’article

      Je ne pense pas que l’association ait forcé cette disposition des enfants dans l’amphithéâtre, mais elle témoigne des relations filles / garçons dans cette classe (et sans doute aussi comme vous le soulignez entre les « blancs » et « les autres »). Un travail sur la mixité s’impose!

      Répondre
  3. Paul-Henri

    Je suis d’accord avec vous sur le fait que cette photo « témoigne des relations filles / garçons dans cette classe » et qu’un « travail sur la mixité s’impose ».

    Cependant, je ne comprends pas bien le lien que vous faites entre l’association et vos protestations ?
    Si les relations au sein de la classe sont telles quelles, en quoi l’association est-elle responsable de ce fait ?
    Elle n’est ni responsable des relations dans la classe, ni responsable du message médiatique que le photographe/journaliste choisit. Ou alors est-ce peut-être là le reproche que vous leur faite : de ne pas manipuler la réalité pour être plus politiquement correct ?

    Autre question :
    Innocemment, je croyais que la mission de la presse était de relater les faits et actes de notre société.
    En extrapolant, vous proposez que les médias (et ici les médias locaux) manipulent la réalité pour donner une fausse image de notre société (ici d’une classe) afin de la faire paraître idéalement mixte, avec des enfants heureux d’apprendre et toujours motivés, des enseignants pédagogues, … ?
    Selon la méthode Coué, cela devrait en effet œuvrer pour faire évoluer positivement nos classes… en théorie. Dans la réalité, je crois surtout que c’est le risque d’être contre-productif : la population voyant des classes « parfaites » n’aura aucune raison d’agir pour changer quoi que ce soit.
    Mais là on touche des questions de débat est plus larges : la « cause » journalistique, l’éthique de notre société, le politiquement correct, …

    Répondre
    1. Véronique Dujardin Auteur de l’article

      Je ne mets pas en cause le journaliste, il a probablement fidèlement rendu-compte de cette journée dans son texte et je pense qu’il ne s’est pas aperçu de la disposition des enfants dans la salle. En revanche, la plupart des animateurs des Petits débrouillards sont des jeunes gens en service civique, et ont pour mission la diffusion de la culture scientifique à tous, en particulier aux enfants et en ne mettant pas les filles de côté, un volet de leur action est de favoriser l’intérêt de celles-ci pour les études scientifiques. En ne prêtant pas attention à la disposition des enfants dans l’amphithéâtre (certes aussi et avant tout du ressort du « professeur des écoles »), ils n’ont pas rempli cette mission.

      Répondre
  4. David Massias

    Bonjour,

    Les 4 étudiants ont un sweat-shirt de l’IUT Chimie et non pas de l’association les Petits Débrouillards. Je vous invite donc à rectifier votre article et de vérifier vos dires auprès de cette association.
    Les 4 étudiants sont des hommes mais en quoi sont-ils coupables d’avoir choisie une filière où les hommes sont peut être majoritaire ?
    Les enfants sont regroupés par affinités sur la photo, le journaliste aurait donc du demander à créer une photo de toute piece, comme nos amis politiques savent bien le faire ?

    Bref, si votre grande ouverture d’esprit et votre sens de l’initiative citoyenne permet d’arriver un jour à une plus grande et forte mixité dans notre société alors peut être qu’au lieu de publier des photos que vous interpréter à votre sauce vous pourriez vous rendre utile non ?

    Sur ce, j’ai du repassage.

    Cordialement

    Répondre
    1. Véronique Dujardin Auteur de l’article

      J’ai précisé dans l’article que les enfants de cet âge se regroupent entre amis, il n’empêche que les encadrants n’ont pas veillés au mélange des enfants. Le journaliste a montré ce qu’il a vu, mais pas commenté le fait qu’il n’a sans doute pas remarqué, la société est habituée à cette séparation des filles et des garçons, laisser toujours les filles derrière est un problème.

      Répondre
      1. David Massias

        En fait les sweat sont de l’IUT de Génie Thermique et Énergie et non de chimie (ou de l’IUT de Poitiers en général peut être je ne vois pas bien…) ! En tout cas pas l’association petits débrouillards c’est certains . Désolé pour l’erreur comme quoi on a tous le droit de se tromper !

        Bien à vous,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *