Le Grand-Rond à Toulouse (3) : la louve de Rouillard

Le Grand Rond à Toulouse, la louve de Pierre Rouillard, vue de face Je poursuis la visite du Grand-Rond à Toulouse… Si vous avez ratez la Chienne de Pierre Rouillard, je vous invite à aller lire l’article avant de poursuivre, pour le contexte… Je rappelle juste qu’elle date de 1865.

La louve fait donc face à la chienne. Comme elle, elle allaite ses petits et a la gueule ouverte. Mais elle a le poil hérissé et ébouriffé.

Le Grand Rond à Toulouse, la louve de Pierre Rouillard, les louveteaux Entre ses pattes, vous remarquez la présence de feuilles de chêne, symbole de force et de puissance.

Pour information, suite à de nombreux actes de vandalisme, la ville de Toulouse a remplacé la plupart de ses statues dans les lieux publics par des copies, et mis à l’abri les originaux…

Les autres articles sur le Grand-Rond : le jardin et le kiosque (avec cartes postales anciennes) ; la chienne et la louve de , le monument à Clémence Izaure ou les gloires de Toulouse (détruit).

Frédéric Vaghi m’a signalé en commentaire sur l’article de la chienne la mise en ligne de sa vidéo sur la présentation en langue des signes française / LSF de ces deux sculptures…  Suivre le lien si le visualiseur ne fonctionne pas.

7 réflexions au sujet de « Le Grand-Rond à Toulouse (3) : la louve de Rouillard »

    1. Véronique D

      400 km, ça fait loin pour aller vérifier! Mais dans le catalogue raisonné de Rouillard, c’est un louveteau, sur mes photos de détail, pas trop visible, je repasserai sans doute à Toulouse d’ici mars (pour voir l’expo de préhistoire au muséum), j’irai vérifier!

      Répondre
  1. Elyane FORET

    Quand se rendra-t-on compte que ce n’est pas une louve, mais un loup ? Il ne défend pas ses petits, il a dérobé un chiot à la chienne dogue.
    Cette œuvre date de 1858, elle est intitulée par le sculpteur lui-même « Loup étreignant sous sa patte un petit chien ». Son pendant est « Chienne dogue de forte race avec ses petits. »
    C’est visible même sur les photos, pour peu qu’on ait un œil un tant soit peu observateur.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *