Art et vie en Aravis, Acte 3

Art et vie en Aravis, acte 3, 2010, Le Bouchet, vestiges de 2010 L’association Acte organise sur 12 communes des vallées des Aravis (Haute-Savoie) la 3e édition biennale de sa manifestation d’art contemporain, Art et vie en Aravis, acte 3, 2009-2010, qui inclut des résidences d’artistes dans les communes, la création d’œuvres dans chaque commune et des travaux avec les habitants et les élèves des écoles. Si vous voulez voir des images de la mise en place des projets et des réalisations avec les écoles, vous pouvez aller au showroom de Mobalpa à Thônes ou sur le site internet de la manifestation. En revanche, je trouve qu’ils auraient pu mettre sur le site le lien vers les sites des artistes sur la page des communes et des oeuvres, pas seulement sur la page des artistes, ajouter quelques liens supplémentaires n’est pas bien compliqué…. De même, les cartels et panneaux auraient pu être mis à jour, difficile de lire « dimensions approximatives » (sans doute celles données lors de la maquette) juste à côté d’une oeuvre finie… Ce n’est pas toujours facile de trouver les lieux, il n’y a pas de vrai plan d’accès, et seul quelqu’un du village ou des environs peut trouver certains coins bien cachés… La manifestation est visiblement faite pour les habitants et pas pour les visiteurs… Quoique, côté habitants et même communes, il n’y a pas un grand respect des œuvres. Témoins les barrières entreposées par la mairie de Serraval devant l’œuvre, mairie qui laisse aussi un riverain se stationner sous le préau (ben oui, quoi, il fait moins chaud dans la voiture après, tant pis pour les rares personnes qui veulent voir et si c’est un préau d’école, après tout, il n’y a pas d’enfants en août…). Et puis, regardez sur cette image du Bouchet-Mont-Charvin, la réappropriation des œuvres de l’édition précédente, qui étaient des genre de bacs à fleurs rouges… dont l’un est devenu un bac à sable! Bref, quelques bonnes idées, et beaucoup d’œuvres très limites, qui relèvent du « j’men foutisme » (enfin, c’est juste un avis personnel), qui ne pourront guère engager les visiteurs, locaux ou pas, à s’approprier l’art contemporain. Je vous ai classé les ouvres par ordre décroissant de l’intérêt ou du ressenti que j’ai eu… un classement subjectif, sans doute celui de mon père, avec qui j’ai fait le parcours, est-il différent, ainsi que ceux des autres visiteurs.

Je sais que les tableaux sont peu accessibles aux malvoyants, surtout avec OB qui enlève les balises « header », mais je n’ai pas trouvé d’autre solution ici pour bien caler les paragraphes avec les images. Clic sur les vignettes pour les avoir en un peu plus grand.

Commune Description de l’oeuvre Photographie
Les clefs L’installation de Laurette Atrux-Tallau au bout du pont « dit Romain » au pied du village des Clefs (dur dur à trouver depuis le village…) est sans conteste ma grande préférée et je vous ferai un article spécial avec plusieurs photographies. Ici, juste une vue comme si l’on venait du village, en découvrant cet amoncellement de grosses boules à picots.J’ai fait un article spécifique pour cette œuvre. Art et vie en Aravis, acte 3, 2010, Les Clefs, pont romain, en arrivant du village
Alex Excellente idée dans ce village, la construction d’un refuge de montagne (refuge-tonneau) inventé par Charlotte Perriand (architecte décédée il y a 10 ans, il y a eu il y a quelques années (en 2006 après vérification, j’ai gardé la petite plaquette) une très belle rétrospective au centre Georges-Pompidou, j’avais adoré ses aménagements de chalets de montagne si fonctionnels). Vous pouvez aussi voir une exposition sur la conception de ce refuge au showroom de Mabalpa à Thônes. Art et vie en Aravis, acte 3, 2010, Alex, oeuvre sur le côté
Alex
suite
Et voici une autre vue avec le superbe paysage environnant. Art et vie en Aravis, acte 3, 2010, Alex, oeuvre au centre
Manigod Gérard Bringuier (je ne sais pas pourquoi le lien vers ce site n’est pas dans la page de l’artiste sur le site d’Acte 3…) a mis en place une Chambre Noire en porte-à-faux sur le bord du parking du groupe scolaire. De l’intérieur, vous pouvez regarder le paysage grandiose à travers de petits trous (très/top hauts placés pour moi). Art et vie en Aravis, acte 3, 2010, Manigod
Thônes Benoît Billotte présente un projet utopiste et qui ne verra jamais le jour, sauf sous la forme d’un panneau genre panneau de chantier : réhabiliter le château Avet, près de la maison de retraite (un grand bâtiment de 1856) en résidence pour artistes retraités… Art et vie en Aravis, acte 3, 2010, Thones
Le Grand Bornand Miguel Chevalier a proposé
une œuvre numérique interactive, de gros flocons qui s’affichent en principe en fonction du passage des visiteurs à l’intérieur de la grenette (ancien marché couvert pour les grains)
Art et vie en Aravis, acte 3, 2010, Le Grand-Bornand, intérieur de la grenette
Le Grand Bornand
(suite)
Ces flocons se retrouvent aussi à l’extérieur, sur les bâches tendues pour cacher la fermeture de la halle par les agglos. Attention, ce projet est présent seulement jusqu’au 20 août, pour laisser place au festival du bonheur des Mômes. Ils ont aussi été projeté cet hiver sur une piste de ski, et une version pour i-phone a été développée par Digitalarti. Art et vie en Aravis, acte 3, 2010, Le Grand-Bornand, extérieur de la grenette
Serraval Nicolas Muller a réalisé un tirage à gros pixels noirs et blancs, installés sous le préau de l’école. Une réflexion, je trouve, sur le signifiant dans l’image, la taille des pixels, etc. Vous voyez ici les barrières dont je vous ai parlé en début d’article. Art et vie en Aravis, acte 3, 2010, Serraval
La Clusaz Lang/Baumann (Sabina Lang et Daniel Baumann) (attention, leur page d’accueil est très longue à charger) ont peint le sol de la patinoire de couleurs vives, visibles sous la glace, pour une œuvre intitulée Patinoire / Spielfeld #4. Art et vie en Aravis, acte 3, 2010, La Clusaz, patinoire
Le Bouchet-Mont-Charvin Même artiste qu’à Serraval, Nicolas Muller mais ici, il ne s’est pas foulé… L’idée était pourtant intéressante au départ. Il a posé une grande toile blanche avec au centre, une reproduction en noir et blanc de la Femme à la poitrine découverte du Tintoret (1518-1594). Puis il a demandé aux habitants de Serraval et du Bouchet de la reproduire en dessin en un temps limité. Sauf que ces dessins, je pensais qu’ils seraient reproduits sur la toile, mais non, ils font juste l’objet d’une plaquette (en vente chez Mobalpa où j’ai pu la feuilleter). Décevant, de ne pas voir le résultat sur place de cette démarche… Art et vie en Aravis, acte 3, 2010, Le Bouchet
Saint-Jean-de-Sixt et
Les Villards-sur-Thônes
Damien Beguet, l’auteur de cette oeuvre, a aussi demandé a des commerçants, artisans et entrepreneurs de Saint-Jean-de-Sixt et des Villards-sur-Thônes de créer des oeuvres en rapport avec leurs métiers. Pour le reste, ils ont peu joué le jeu, les anneaux olympiques du fermier sont bien en vitrine de la boulangerie, mais à l’autre boulangerie, l’assemblage de pâtisseries n’est pas visible de l’extérieur, l’oiseau en aspirateur chez le marchand d’électro-ménager guère plus, la quincaillerie a carrément enlevé sa vitrine et le logo de l’opération… Seule la livraison catastrophique de peinture, euh, l’explosion de couleur devant la boutique A’TOUT DECOR est toujours en place et mérite vraiment un coup d’oeil. Réflexion sur la place de l’art et de l’entreprise… bof! J’ai tellement été peu convaincue du résultat (l’école avec les volets peints en bleu et une plaque d’entreprise au-dessus de la porte) que j’ai oublié de faire une photographie…
Dingy-Saint-Clair Le fil de lumière, imaginé par Gérard Bringuier (voir plus haut à Manigod), qui descend du Parmelan, n’est visible que la nuit… Je ne l’ai pas vu, donc pas photographié
Entremont Le projet de Sophie Dejode et Bertrand Lacombe a été abandonné… Pas de photographie, et pour cause… pas d’œuvre.

Au passage, vous remarquerez que j’ai ajouté mon nom sur les images… j’en ai assez de voir mes photographies reprises à droite à gauche sans autorisation, surtout pour les photographies de visite. Je vais systématiquement ajouter ce genre de filigrane, je me tâte encore sur la couleur, la police, la taille des caractères et le texte (mon nom, le lien du blog?).Quand j’aurai trouvé exactement ce qui convient, je reprendrai toutes les photographies des visites déjà publiées ou programmées.

Au cours de ce séjour, j’ai aussi vu d’autres expositions autour d’Annecy et l’exposition Nicolas de Stael à la fondation Pierre Gianadda à Martigny.

9 réflexions au sujet de « Art et vie en Aravis, Acte 3 »

  1. sarah

    Ca nous est déjà arriver d’aller voir ce genre de manifestation et d’être revenus perplexes : pb d’organisation, des artistes qui ne s’engagent pas vraiment et des mairies et habitants qui ne voient pas l’intérêt (ça, on connaît bien chez nous…) mais bon, il faut que ça continue et que l’on garde espoir…

    Répondre
    1. Véronique D

      Là, l’avantage, c’est que c’est dans des lieux superbes, alors, à défaut d’apprécier certaines oeuvres, il est possible de profiter des paysages… L’idée est bonne, et les enfants ont fait des choses super, quand on voit le diaporama présenté à Thônes. Côté organisation, il ne manque pas grand chose, ils ont beaucoup d’enthousiasme, il manque juste un peu de professionnalisme et de bon sens (un petit fléchage discret depuis le centre des villages ou d’un point à l’autre, par exemple).

      Répondre
  2. Bidouillette/Tibilisfil

    Difficile de se faire une idée. Juste comme tu dis le regret d’une manifestation peu « ouverte » J’aime beaucoup l’idée du préau, de l’image derrière le préau. Curieuse d’entendre les réflexions des enfants. Le refuge aussi!

    Répondre
  3. virjaja

    j’aime beaucoup les « boules a picots »..le reste est étrange! tu as raison pour tes photos…mais il parait que certains efface les signqtures… gros bisous. cathy

    Répondre
    1. Véronique D

      Oui, mais ça complique la tâche… Je mets un identifiant dans les photos (invisible, dans le fichier attaché), ça permet de les retrouver si elles sont réenregistrées brutes (pas avec les saisies d’écran)… Toute personne qui me demande une photo, je lui donne sans problème (si possible avec un p’tit lien vers chez moi, si c’est pour mettre en ligne), mettre un filigrane limite la contrefaçon. Pour ta proposition sur les cartes à publicité d’expos ou festivals, je veux bien, à l’occasion… Bonne journée! Véronique

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *