Sidaction : donnez, sortez couverts… et condamnez les propos du pape

Le sidaction commence demain, l’occasion d’une grande campagne de prévention et de recueil de dons. L’occasion aussi de rappeler que l’on ne guérit pas du SIDA. Les multi-thérapies ne font que rendre le virus moins voire inactif, mais si le traitement est arrêté, le virus VIH se multiplie à nouveau. Par ailleurs, ces traitements, même s’ils ont fait de nombreux progrès, ils ont de multiples effets secondaires, parfois graves. Alors, si vous êtes séro-négatif, faites tout pour éviter de vous contaminer (UNE SEULE SOLUTION EFFICACE : LE PRÉSERVATIF), si vous êtes séro-positif, redoublez de précautions et suivez votre traitement (il y a beaucoup de mauvaise observance des traitements), si vous ne connaissez pas votre statut sérologique et avez un doute, allez faire un dépistage gratuit… qui ne donnera qu’une réponse au moment du test.

Benoît XVI les accumule vraiment en ce moment, en déclarant que (texte emprunté au site du Monde)  » l’on ne peut pas régler le problème du sida avec la distribution de préservatifs  » mais qu’au contraire,  » au contraire [leur] utilisation aggrave le problème « . Ce n’est pas seulement une ineptie, mais aussi une MONSTRUOSITÉ, de la NON-ASSISTANCE À PERSONNES EN DANGER… Mais là, il a de l’expérience ! Cette pauvre petite brésilienne de 9 ans, enceinte de jumeaux, violée par son beau-père, aurait eu de graves problèmes (vitaux) si elle n’avait pas avorté. Si sa mère a été réintégrée dans l’Église, l’excommunication des médecins est maintenue, HONTE À L’ÉGLISE CATHOLIQUE (avec une majuscule, l’institution) ! Quant au violeur, personne n’en parle. Espérons qu’il soit quand même en prison et excommunié. D’autant plus qu’il aurait aussi violé la sœur aînée, handicapée, de la fillette.

Quant à Catherine Boutin (voir aussi le texte sur le site du Monde), elle a dit que ce n’est  » pas drôle de mettre le préservatif quand on fait l’amour  » et ajouté quand même  » chacun fait comme il peut et comme il veut « . Parce qu’elle connaît le mode d’emploi ? Elle, l’hyper-catholique, utiliserait quelque chose qui sert aussi de contraception ? Oui, bien sûr, puisque comme 99,99 % des catholiques pratiquants, elle n’a pas eu 10 ou 12 enfants et a donc utilisé (oui, au passé, vu son âge… elle est née en 1944, information piochée sur le site du premier ministre) indiscutablement un moyen de contraception… ou l’abstinence absolue (si vous ne vous souvenez plus, les liens vers les encycliques contre la contraception, dont Humanae vitae, dues aux prédécesseurs du Benedicto XVI sont dans cet article) ! Quand on sait qu’elle est membre de la Commission nationale consultative des droits de l’homme, on croit rêver ! La moindre des choses aurait quand même été de condamner clairement les propos du pape.

Heureusement, à part certains évêques (mais pas tous), Mme Boutin et quelques autres catholiques, intégristes ou non, cette condamnation des propos pontificaux est assez unanime, j’ai particulièrement apprécié ceux d’Alain Juppé, prononcés sans délai et très justes (pour une fois que je partage un de ses textes…).

Mon père m’a signalé ce lien vers un site catholique, avec une page sur le préservatif, site qui rappelle qu’aucun pape n’a jamais parlé du préservatif, et bien cette fois, il aurait aussi mieux fait de s’abstenir, le Benoît… Et il a bien mal choisi son nom de pape (Benoît / Benedicto), le cardinal Ratzinger… Si ce site justifie la position de l’église sur la sexualité, ouf, il dit aussi :  » Que les éducateurs et personnels chrétiens de santé tiennent compte de l’épidémie du SIDA dans leur manière de participer à l’éducation sexuelle et recommandent l’utilisation du préservatif plutôt que de transmettre un virus mortel, c’est en effet normal « . Quelle aurait été la réaction de sœur Emmanuelle, qui distribuait la pilule et les préservatifs et le clamait haut et fort ?

En attendant, sortez couverts et soutenez le sidaction, en donnant un peu d’argent ou juste un peu de temps, ne serait-ce qu’en diffusant le lien.


Post-scriptum :
les positions positives du pape sur les traitements et leur gratuité ne sauraient en aucun cas limiter l’impact de ses propos sur le préservatif. Rappelons que les traitements ne soignent pas mais ralentissent l’évolution de la maladie, le virus reste présent sauf dans les premières heures qui suivent une possible contamination ou pour éviter la transmission de la mère au fœtus et lors de la naissance, quand la charge virale potentielle est encore très faible. La seule façon de combattre efficacement le SIDA, surtout quand 10 ou 20 % des jeunes de 20 à 30 ans sont contaminés, c’est d’éviter la transmission par le port du préservatif et l’utilisation de matériel médical (seringues, spéculums, etc.) stérile et à usage unique. Pour la traduction en français du verbatim (=transcription littérale) du discours du pape hier, il est en ligne sur le site de la Croix (suivre ce lien et cliquer sur lire la suite).

18 réflexions au sujet de « Sidaction : donnez, sortez couverts… et condamnez les propos du pape »

  1. tezca

    c’est hyper grave ce qu’il a dit le pape !!
    des dizaines de milliers de personnes écoutaient à ce moment sa parole, et sont si croyants qu’ils boivent ses paroles et apparaissent comme l’unique verité à leurs yeux…
    en plus il dit ça pendant son voyage sur le continent le plus touché.
    Combien de gens ça va avoir tué ce qu’il a dit, parce que beaucoup refuseront de porter un « bonnet »… pfiouuu grave grave à notre époque

    Répondre
    1. Véronique D

      J’avais un copain qui a été contaminé dans les années 1980, il fut un des premiers à tester l’AZT puis les tri-thérapies, il est mort il y a une douzaine d’années, avec des périodes vraiment très diificiles!

      Répondre
  2. tezca

    C’est terrible comme maladie, elle est encore bien trop répandue, je ne peux que condamner ce genre de propos et être très en colère vis-à-vis de ça. Entre ça et l’histoire de cette pauvre fillette violée, ça m’ulcère, il est temps que l’Eglise évolue avec son temps, on n’est plus au moyen -âge ni au temps des « croissez, multipliez », pfiou
    raaa ça m’énerve, ça m’a énervé une partie de la journée ce truc, je ne devrai pas d’ailleurs, je suis assez énervée comme ça, mais ça me rend malade que des gens comme le Pape osent sortir des trucs pareils. Et ya encore des gens pour le croire (je parle notamment des gens de pays développés, qui sont sensés avoir une éducation leur permettant de développer un exprit critique)… Croire en dieu, à la rigueur je veux bien, mais on ne me fera jamais gober que les écrits et les paroles du pape sont des mots de dieu…

    Répondre
  3. Alix

    Dieu sait que je ne suis pas souvent d’accord avec ce qu’il dit mais cette fois, sa phrase a été sortie de son contexte par les journalistes pour faire sensation !

    Ce qu’il a dit (je ne trouve plus le lien vers le discours complet) c’est que la distribution pure et simple de préservatifs ne sert à rien s’il n’y a pas d’autres actions qui l’accompagnent, notamment une meilleure éducation face au SIDA… et en ce sens, il n’a pas tort… Distribuer des condoms ne sert à rien si on n’éduque pas les gens sur les modes de transmission, sur les effets de la maladie, sur les précautions à prendre, etc…

    Il a également mentionné que les pays d’Afrique devraient avoir accès aux soins et aux médicaments contre le SIDA gratuitement… là encore, il n’a pas tort… les compagnies pharmaceutiques ne « distribuent » pas en Afrique parce que le marché n’est pas payant !!!

    Répondre
    1. Véronique D

      Aucun médicament ne soigne le SIDA. Ils ne font que retarder la maladie. Seuls les traitements d’urgence (dans les heures qui suivent la contamination potentielle et en prévention de transmission ère/enfant au curs de la grossesse) évitent que le virus soit suffisamment nombreux pour se développer. Dans tous les autres cas, l’arrêt du traitement entraîne une nouvelle multiplication du virus et une entrée en phase SIDA à court ou moyen terme. Alors, des médicaments moins chers ou gratuits, d’accord, d’ailleurs, la taxe « Chirac » sur les billets d’avion y contribue. Mais la seule façon de prévenir l’extension de la contamination (jusqu’à 20% de la population de 20 à 30 ans dans certains pays d’Afrique), c’est de porter les préservatifs, l’éducation ne suffira jamais, la « tradition » y est aussi très forte. Il faut aussi distribuer des seringues et du matériel médical stérile et propre, à usage unique, ce n’est pas toujours le cas, j’ai pu le constater en Algérie pour des prises de sang (à deux frères enfants, mais même!). Et le texte complet (traduction française du verbatim dela salle de presse du Vatican) est sur le site de La Croix.

      Répondre
  4. Alix

    On soigne le SIDA et les maladies opportunistes que développent les personnes qui en sont atteintes mais on ne le guérit pas… À l’hôpital où je travaille, j’ai travaillé plusieurs mois avec les intervenants pour patients séropositifs, et j’ai pu voir à quel point l’enseignement est  important, tout autant que la distribution de condoms ou de seringues… Par exemple, quand on distribue des seringues, il est nécessaire d’expliquer à celui qui va l’utiliser que, oui la seringue est propre mais qu’il doit s’assurer que la cuillère, le coton, l’eau soient propres également sinon la seringue aura beau être neuve et propre, il risquera tout de même la contamination (notamment par l’hépatite) !

    Personne n’aurait l’idée de donner de la contraception à une ado ou des condoms à un gamin sans lui parler des ITS, des grossesses non désirées… bref sans faire un minimum d’enseignement !

    Personne n’a dit que l’éducation suffisait… l’éducation seule ne suffit pas, au même titre que la distribution de condoms ou de seringues seule ne suffit pas… c’est un tout… l’un ne doit pas aller sans l’autre pour arriver à une réelle prévention.

    On apprend bien aux diabétiques, aux femmes atteintes d’un cancer du sein, aux personnes dialysées à vivre avec ça, on leur enseigne les tenants et aboutissants de la maladie ou des traitements, les risques associés, les précautions à prendre… et bien pour la prévention du SIDA c’est la même chose…

    Dans nos pays occidentaux, du fait du relâchement de l’enseignement et de la prévention, le taux de contamination recommence à augmenter. Des maladies comme la syphillis, qui étaient pratiquement disparues font leur réapparition !

    Répondre
  5. Liliane

    Je suis stupéfaite par cette ineptie ! Le Pape « perd les pédales »… Comment ne pas porter assistance à ces personnes en danger… C’est un principe moral de base de la religion catholique !On soigne le sida, on ne le guérit pas… Il faut donc faire de la prévention, la prévention n’est pas faite que de paroles… Le préservatif est donc le moyen le plus efficace de nos jours ! Mme Broutin est encore quelqu’un qui parle énormément… Ton infirmière aussi m’étonne beaucoup… Bisous Véro.

    Répondre
  6. Alix

    Si vous voulez comprendre pourquoi on dit que la distribution de préservatifs seule ne suffit pas… allez-donc lire sur ce site !

    Prenez la peine de lire le rapport 2008 ! C’est édifiant ! Vous comprendrez pourquoi je dis que l’un ne doit pas aller sans l’autre (et jamais au grand jamais je n’ai dit qu’il ne faut pas distribuer de condoms… simplement qu’il ne faut pas se limiter à ne faire que cela car tout tend à démontrer que cela ne suffit pas) !

    Et vous y verrez qu’en Europe occidentale, le taux d’infection par le VIH recommence à augmenter ! pourtant, dans ces pays il est très facile de se procurer des condoms ! Ils ne sont pas chers, ils sont accessibles…

    Le problème dans les pays dits « riches » c’est qu’on parle tellement des traitements qui permettent de vivre longtemps en étant séropositifs que beaucoup en sont venus à confondre soigner et guérir… relâchement de la prévention, de l’éducation… tiens-donc… on en revient encore à ça ! je le dis et le redis L’UN NE VA PAS SANS L’AUTRE !!!

     

     

     

     

    Répondre
    1. Véronique D

      Bonjour, je passerai voir votre blog après la conférence de Voix publiques, festival co-organisé par les différents représentants religieux de Poitiers, dont l’archevêque… Heureusement que de nombreux prêtres et religieus(e)s en Afrique et ailleurs n’ont pas cette position et prônent l’usage du préservatif en même temps que des messages de prévention et l’aide aux traitements…

      Répondre
  7. Bidouillette

    Merci Véro de ce coup de gueule, j’espérais bien qu’il arrive, sinon je le faisais!!!! Je suis outrée, horrifiée, comme si moi je me mêlais de religionç!!! A chacun sa spécialilté! Je me demande si d’ici quelques années, on va le passer lui aussi au tribunal pour génocide!!!!!!! Rendez-vous à La Haye!!!! Je suis furax!!!!!!! Et bonne nouvelle, les espagnols ont envoyé un million de préservatifs en Afrique, voilà ce qui s’appelle de la conscience!!!!!!

    Répondre
    1. Véronique D

      Je ne pouvais pas ne pas réagir… J’ai un très bon ami qui est mort du Sida, il vaiat été l’un des remiers à teser l’AZT puis les tri-thérapies… La filleule de ma mère a été infirmière (sous contrat local) au Burkina Fasso, un des pays à plus forte prévalence de Sida dans sa population… Alix a laissé un comm qui m’a un peu fâchée, j’ai complété l’article en conséquence… La gratuité des traitements (qu’il paye comment, le pape?) n’est pas la solution si la contamination continue à s’étendre! La prévention de nouveaux cas est indispensable. Bonne nuit!

      Répondre
  8. Lucien

    Pour répondre à Alix, je pense qu’il ne faut pas faire semblant de croire que le pape ait voulu dire qu’il fallait expliquer en distribuant les préservatifs. Tout le monde est bien d’accord qu’il ne suffit de distribuer des préservatifs, mais l’Eglise avec un grand E et le pape qui en est le chef sont aussi (et surtout) une puissance temporelle.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *