Le cénotaphe de Guillaume VIII d’Aquitaine dans l’église Saint-Jean-de-Montierneuf à Poitiers

cénotaphe de Guy Geoffroy Guillaume dans l'église Saint-Jean-de-Montinerneuf à Poitiers, deux vues, de côté et depuis les piedsAujourd’hui, je vous emmène dans l’église Saint-Jean-de-Montierneuf à Poitiers, à droite de l’actuelle entrée principale. L’inscription sur la tranche du cénotaphe (monument commémoratif qui, contrairement au tombeau, ne contient pas le corps du défunt) et sur la plaque en cuivre parle de Guillaume VII… en fait, la numérotation des Guillaume, ducs d’Aquitaine et comte de Poitou, est compliquée et décalée de deux numéros, il ne s’agit pas de Guillaume VII mais de Guy Geoffroy (vers 1025-1086), aussi connu sous le nom de Guillaume VIII duc d’Aquitaine et Guillaume VI, comte de Poitiers de 1058 à 1086, fils de Guillaume III de Poitiers et d’Agnès de Bourgogne, successeur de son frère Guillaume V Aigret. C’est le père de Guillaume VII /IX dit le Troubadour, le grand-père de Guillaume VIII / X le Toulousain… et donc l’arrière grand-père d’Aliénor d’Aquitaine. En conflit avec le pape Grégoire VII pour une sombre histoire de mariage (sa troisième épouse, Audéarde de Bourgogne, était une cousine trop proche), il fait construire hors les murs de Poitiers l’abbaye Saint-Jean-de-Montierneuf (et de nombreux dons de terres à l’église et aux moines de Cluny) pour obtenir une dispense et ensuite s’y faire enterrer. Pour une histoire complète des tombeaux successifs jusqu’au cénotaphe actuel, voir le lien en fin d’article…

cénotaphe de Guy Geoffroy Guillaume dans l'église Saint-Jean-de-Montinerneuf à Poitiers, plaque de cuivre avec la dédicaceUne plaque en cuivre retrace aux pieds du gisant l’histoire un peu ré-interprétée : « Hic jacet / Willemus VII [sic] qui et Gaufredus / dux Aquitaniae et Pictavorum / comes / hujus monasterii novi / fundator / obiit anno 1086 / Saeviente impiorum insanea / dirutum / suis reddito rege Lud[ovic]o XVIIIo / restitutum / Episcopo R.R. D.D. de Bouillé / Prefecti D.D.  Locard / Hujus ecc[lesie rectore D. Sabourain » (soit à peu près : ci-git Guillaume VII qui est aussi appelé Geoffroy, duc d’Aquitaine et comte de Poitiers, fondateur de ce monastère qui mourut en 1086. Détruit par la folie des impies quand elle sévissait, rendu aux siens par Louis XVIII sous l’épiscopat du révérend de Bouillé, Locard étant préfet et Sabourain [sic, en fait Sabourin] recteur de cette église). En fait, si les tombeaux des ducs d’Aquitaine (celui-ci et celui de son fils) ont été en partie détruits lors du sac de la ville par les protestants en 1562, il semble, contrairement à ce que dit le texte (« la folie des impies ») que celui de Guy Geoffroy Guillaume ait été au moins en partie épargné et que ce soit plutôt l’effondrement des voûtes de la nef en 1643 qui est à l’origine de la destruction du tombeau en marbre. Reconstruit en pierre et visible dans le chœur en 1657, déplacé dans la nef lors de la grande campagne de restauration de l’église de 1668-1672, il est à nouveau détruit sous la Révolution.

cénotaphe de Guy Geoffroy Guillaume dans l'église Saint-Jean-de-Montinerneuf à Poitiers, signature du sculpteurLe cénotaphe porte la signature « Bonniot sculpt. » et a été réalisé en 1822, à l’issue d’une grande campagne de « restauration » de l’église (qui voit la destruction de la plupart des chapiteaux romans) menée à partir de 1817 et de « fouilles » à la recherche de Guy Geoffroy. Il n’a jamais plu, encore moins à l’abbé Sabourin pourtant « mouillé » dans la dédicace, et a été relégué dans un coin sombre de l’église.

cénotaphe de Guy Geoffroy Guillaume dans l'église Saint-Jean-de-Montinerneuf à Poitiers, détails de la tête et des piedsIl ne présente pas un grand intérêt, le gisant est figuré allongé la tête couronnée reposant sur un oreiller et les pieds appuyés sur son chien, d’après les représentations classiques (qui ici ressemble plus à un lion!).

Allez, la prochaine fois que je vous emmène dans l’église Saint-Jean-de-Montierneuf à Poitiers, je vous montre des choses plus intéressantes, comme les dédicaces médiévales. En attendant, vous pouvez (re)lire mes articles précédents, le chevet sous la neige, la façade avec les remplois romans et le décor de 1643/1644, les bâtiments installés sur l’ancien cloître : Ensma puis rectorat et bâtiment abritant le cinéma le Dietrich et un projet de restaurant.

Pour aller plus loin, voir l’article de Cécile Treffort, La mémoire d’un duc dans un écrin de pierre : le tombeau de Guy Geoffroy à Saint-Jean-de-Montierneuf de Poitiers, Cahiers de civilisation médiévale, 47e année (n° 187), juillet-septembre 2004, pages 249-270.

6 réflexions au sujet de « Le cénotaphe de Guillaume VIII d’Aquitaine dans l’église Saint-Jean-de-Montierneuf à Poitiers »

  1. Grégory

    Bien oui, la sculpture a beau être vilaine, le lion ressemble tout de même à un lion, qui ne peut en aucun cas passer pour un chien !! ^^
    Départ dans deux heures pour le musée de Niort avec Jean-Luc et Marc Deneyer, qui doit sublimer la statue, sortie tout exprès de sa petite réserve pour des photos en lumière naturelle.
    J’espère que l’expo a été un succès et que tu as passé un bon we à Mouchin.
    Nice day 🙂

    Répondre
  2. Maryse

    Un Guillaume peut en cacher un autre, c’est comme dans les recherches généalogiques, on se perd dans les prénoms. Comment tu t’appelles? Moi c’est Guillaume II. Moi c’est Guillaume VI ou VIII ça dépend où je suis….ou IX, je ne sais plus. Bravo pour toute cette documentation et pour les photos.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *