Le cèdre et l’éléphant du musée des beaux-arts de Tours

Tours, le musée des Beaux-Arts, la façade sur cour Je vous ai déjà parlé du musée des beaux-arts de Tours à propos de l’exposition Max Ernst, mais je ne m’étais alors pas attardée sur le musée en lui-même, ni sur le jardin qui le précède.

L'entrée du jardin du musée des beaux-arts de Tours, photo en 2009Le portail, que je vous ai déjà montré dans le précédent article, a été édifié vers 1770 avec l’arc de triomphe du portail neuf de l’ancien évêché édifié vers 1680 (pour en savoir plus sur le musée, voir voir le dossier documentaire du service régional de l’inventaire de la région Centre). Vous apercevez ici la façade très rigide sur cour.

Tours, le musée des Beaux-Arts, le cèdre La première chose qui vous frappe quand vous franchissez le portail, et même avant, vu sa taille majestueuse, c’est ce grand cèdre du Liban planté en 1804 (d’après le panonceau posé à son pied) et mesure 31 mètres de hauteur, avec une envergure de 33 mètres.

Tours, le musée des Beaux-Arts, les branches du cèdre étayées Ses branches sont si lourdes qu’il a été haubané et pourvu de supports pour éviter la chute de ses branches.

Tours, le musée des Beaux-Arts, l'éléphant Fritz L’une des attractions du musée est l’éléphant naturalisé qui se trouve dans un petit édifice vitré, en libre accès dans la cour du musée. Il s’agit de Fritz, l’éléphant du cirque Barnum abattu à Tours (place Nicholas-Frumeaud) en 1902 parce qu’il était devenu agressif. Comme pour tous les animaux naturalisés, les os ont été enlevés de l’enveloppe de peau. Ils étaient conservés au muséum d’histoire naturelle de Tours, où ils furent détruits au cours de la Seconde Guerre mondiale.

Bien sûr, puisque vous êtes arrivés dans la cour du musée, vous pouvez maintenant soit entrer pour visiter les salles (éventuellement en ligne, si vous habitez loin), soit admirer les jardins sans oublier de jeter un coup d’œil au groupe sculpté en l’honneur de François Rude, par Just Becquet.

8 réflexions au sujet de « Le cèdre et l’éléphant du musée des beaux-arts de Tours »

  1. dianou

    bonjour toi , tu trouvera mon com au retour alors ! rhooo bien bel éléphant! Pauvre bête, j’avoue être une protestataire envers ces animaux de cirque ! Même si  ils y sont choyés , ce n’est pas une vie pour eux ! Entre sauts et marche arrière , ballade sur les pattes arrière, ou tout le poids sur une patte avant ! quelle torture pour ces pauvres bêtes qui seraient tellement mieux en liberté ! Ca fait comme les delphins de toutes sorte en aquarium ! On ne dit pas , le nombre d’heures de travail et de torture ! Pas étonnant que certains en devienent fou ! bisous ma belle et bonne semaine a toi aussi  dianou

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *