La saison des coings… Gelée et pâte de coings

Pâte de coing La saison des coings bat son plein… Un ami m’en avait donné un gros sac, direction la cuisine… Cette année, j’ai pris une recette qui permet de faire d’un coup ou presque la gelée et la pâte de fruits.

Première étape, la préparation de base : cuire les coings après les avoir épluchés sans se couper le doigt ou presque (euh, oui, j’ai un peu entaillé mon pouce…), enlever le milieu dur, mettre les épluchures, les pépins et les parties dures dans un nouet (une mousseline nouée) dans la bassine à confiture (j’utilise la cocotte minute ouverte), ajouter les coings coupés en morceaux, mettre de l’eau à ras, et cuire « au pif » jusqu’à ce que l’on puisse enfoncer facilement le couteau dans les fruits, disons 20 à 30 minutes.

Deuxième étape, la gelée de coings : enlever le nouet (cette partie a joué son rôle en libérant la pectine des fruits), récupérer le jus de cuisson (le réduire si nécessaire, pour avoir environ 1/3 du volume d’eau mis au départ, mais une partie s’est déjà évaporée à la cuisson) et extraire le jus des fruits. Pour cela, j’utilise un extracteur manuel simplissime, je mets les fruits dans un filet de gaze qui se serre sur une sorte de tuyau en bois (j’aurais dû faire une photo), cela permet d’avoir un jus bien clair. Je ne la fais pas trop sucrée : 750 à 800 g de sucre pour 1 kg de jus, un jus de citron. Cuisson rapide (10 à 15 minutes environ, vérifier le perlé sur une assiette bien froide), mise en pot… Utiliser du sucre cristal normal, pas du sucre à confiture, puisque vous avez récupéré dans l’eau de cuisson la pectine des coings…

Troisième étape, la pâte de coings : prendre la pulpe des fruits, réduire en compote si besoin (j’ai passé un coup au robot mixeur…). Ajouter la même quantité de sucre, cuire à feu doux/moyen en remuant toujours entre 30 et 45 minutes (pas très précis, mais ça dépend surtout de la teneur en humidité des coings et de la capacité à extraire le jus pour la gelée), la pâte devient… pâteuse! Elle doit former une boule sans coller à la paroi de la casserole. L’étaler sur 2cm d’épaisseur environ, laisser refroidir et prendre une nuit au frais. Je trouvais qu’elle était encore un peu trop molle, je l’ai mise à sécher dans un plat au four à 100° pendant 1h. Ensuite, il n’y a plus qu’à la découper, remettre un peu de sucre pour la déco, et ranger au frais si vous ne la dévorez pas immédiatement!

21 réflexions au sujet de « La saison des coings… Gelée et pâte de coings »

  1. caroline

    il ya deux ans ,j’ai tenté ma chance mais j’ai complétement raté la confiture,, merci de nous donner vos « astuces »;;;surtout pour les proportions,, ma confiture était liquide

    Répondre
    1. Véronique D

      En mettant dans la cuisson les pépins et la peau pleine de pectine, je n’ai jamais eu de problème de prise… Je vais essayer avec les pommes, il existe une recette avec juste les épluchures et les trogons pour faire de la gelée, je n’ai jamais essayé…

      Répondre
  2. Chris

    j’en ai fait l’année dernière pour le plus grand régal de Beau-Papa mais on m’avait donné des coings; je ne sais pas si j’en aurai cette année… Le pouce va bien? Bon WE, ici c’est grand vent et grand frais, rattrapés par l’automne, alors que mercredi (visite de la bibliothèque de Fontfroide décoration Redon) c’était encore l’été…

    Répondre
  3. Dane

    Mum, ça doit être bon ! ça me rappele quand ma mère en faisait et que mon père nous la donnait au compte goutte : une seule par jour quand il s’en prenait 2 ou 3.

    Répondre
  4. odine

    Oh que c’est bon le coing ! J’aime la confiture surtout avec les morceaux, mmhhh et la gelée avec sa belle couleur orange et la pâte de coing, pffff; mmhh.

    A bientôt Véronique.

    odine

    Répondre

Répondre à Emmanuelle Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *