Lecture : Lire aux cabinets de Henry Miller

Couverture de Lire aux cabinets de Miller L’autre jour, j’ai acheté plusieurs petits livres à la librairie du Feu rouge dans la Grand’Rue à Poitiers, qui vend des livres de petits éditeurs (dont les siens, aux éditions flbl, prononcer fleubeuleu, la librairie a fermé depuis).

Le premier livre que j’ai lu est Lire aux cabinets de Henry Miller, 13e édition, janvier 2008, aux éditions Allia (ISBN 2-84485-036-7, première édition en 2000, traduit de l’anglais par Jean Rosenthal), qui est en fait le livre 13 des Livres de ma vie publié en 1952 de Henry Miller. J’ai beaucoup aimé ce petit livre, même si l’auteur estime qu’il vaut mieux ne pas lire aux toilettes, encore que cela dépende du type de livre. Plein de petites réflexions superficielles seulement en apparence, par exemple cet extrait mis en exergue en quatrième de couverture : » le fait que vous lisiez tel genre de littérature aux cabinets et tel autre ailleurs devrai être lourd de sens pour le psychiatre. Le fait même que vous lisiez ou que vous ne lisiez pas aux cabinets devrait être lourd de sens pour lui « . À lire si vous arrivez à trouver ce petit éditeur chez votre libraire… Ça sera un test pour vérifier s’il s’agit d’un libraire ou d’un simple marchand de livres.

Une réflexion au sujet de « Lecture : Lire aux cabinets de Henry Miller »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *