Capitalism: A Love Story de Michael Moore

Affiche de Capitalisme, a love story de Michael Moore Dimanche, je suis allée voir Capitalism: A Love Story de Michael Moore, en VO. Ce nouveau documentaire de Michael Moore se propose d’analyser la crise financière actuelle, ses causes et ses conséquences. Vous y verrez des expulsés des sub-primes, des pilotes d’avion qui doivent faire un second boulot pour pouvoir vivre et rembourser leur prêt étudiant, des sociétés qui prennent des assurances sur la vie de leurs employés (s’ils meurent, c’est l’entreprise qui touche la prime, pas les héritiers), deux prêtres et un évêque qui vous diront que le capitalisme est contre les principes chrétiens, une occupation d’usine, une coopérative, les manipulations du congrès américain pour voter le plan de sauvetage des banques, etc., jusqu’à l’internationale sur le générique de fin.

Mon avis : les questions abordées sont intéressantes, je ne pensais pas que les prêts bancaires pour les études pouvaient aller jusqu’à 100000 dollars, alors que le salaire annuel de certains pilotes n’excède pas 20000 dollars. Mais je ne comprends pas pourquoi Michael Moore s’obstine à montrer des gens interrogés en pleurs pendant une bonne partie du film… Qu’est-ce que ça apporte, sinon humilier encore plus ces gens ? De même, les mouvements de caméra, la tournure des interviews sont prévisibles. Cela m’a sérieusement agacée. Vous pouvez attendre qu’il passe à la télévision, les trois quarts du film sont des entrevues avec des capitalistes et des victimes du capitalisme, le grand écran n’apporte strictement rien… Et certaines traductions du sous-titrage sont très curieuses par rapport au texte américain.

3 réflexions au sujet de « Capitalism: A Love Story de Michael Moore »

  1. fanny

    waouh un vrai plaisir de se balader sur ton blog. C’est très sympa de faire partager les alentours de chez toi , me suis régalée avec toutes ses photos
    bonne soirée

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *