Art contemporain à Poitiers et à Niort

Juillet 2011, art contemporain, 1 la façade du printemps à Poitiers Je vais aujourd’hui vous parler de trois expositions vues ces deux dernières semaines, mais que vous pouvez encore voir un certain temps. Mais avant, je vous montre une amélioration très significative et colorée de la verrue du printemps sur la place d’Armes (Leclerc) à Poitiers. Des plaisantins, peut-être excédés par cette verrue et la fermeture dans les prochains mois du magasin, ont décidé de refaire la déco… Apparemment, cela n’a pas plu au directeur qui a porté plainte, moi, je trouve que cela donne enfin une touche de couleur sur cette place blanche et minérale…

Juillet 2011, art contemporain, 2, Spitzberg dans la chapelle Saint-Louis à Poitiers Passons maintenant à l’art contemporain revendiqué comme tel. Dans la chapelle Saint-Louis du collège Henri IV (promis, je vous la montrerai un de ces jours) se teint dans le cadre de la manifestation estivale itinérance organisée par la ville de Poitiers une exposition de photographies de David Falco, SPITZBERG 78°15 N 16° E. Des paysages fantomatiques, sans un seul être humain… Mais j’avais préféré au même endroit il doit y avoir pas loin d ‘une dizaine d’années les icebergs de Marc Deneyer (repris l’année dernière à Chaumont-sur-Loire). Vous pouvez (gratuitement) en profiter jusqu’au 28 août 2011.

Juillet 2011, art contemporain, 3, Jephan de Villiers à la chapelle des Augustins à Poitiers Dans la chapelle des Augustins (l’ancien monastère Saint-Hilaire-de-la-Celle, aujourd’hui intégré au Centre Régional de Documentation Pédagogique) récemment restaurée, une exposition (payante, jusqu’au 22 septembre 2011) sur Jephan de Villiers, j’ai beaucoup aimé son travail autour de la mémoire, de l’écriture, des matériaux de récupération (branches, feuilles, fruits, bois flotté, cordages, papier mâché, plumes, champignons séchés, etc.) et de petites silhouettes dans ces matériaux, à part la tête modelée en argile blanche. Allez voir chez lui, vous comprendrez mieux. Alors que Jan Fabre utilise des insectes pour représenter d’autres figures, Jephan de Villliers utilise plein de matériaux naturels pour représenter une espère d’armée d’insectes… Bon, je ne pense pas qu’il apprécie ce rapprochement, les œuvres de ces deux artistes n’ont rien à voir… Quoique… la mémoire est quand même dans leurs préoccupations…Tout au fond de la deuxième salle sont présentées quelques photographies d’Eric Poitevin déposées par le fonds régional d’art contemporain (FRAC).

Juillet 2011, art contemporain, 4, Max Streicher dans l'hôtel de ville de Niort Quittons Poitiers pour Niort, j’y suis allée pour un rendez-vous d’ophtalmo, impossible d’en trouver un rapidement à Poitiers, et j’avais besoin de changer de lunettes… du coup, direction Bessines, en banlieue de Niort, pour 10 minutes de RDV (mais pas du luxe, la myopie a beaucoup bougé à droite, peu à gauche), mais j’avais pris toute ma journée pour me promener dans Niort, prendre des photographies ici et là… et aussi aller voir l’extension de la biennale de Melle (j’irai un de ces prochains samedis, le thème de cette année est Habiter la Terre : du battement de cœur à l’emportement du monde) dans l’hôtel de ville de Niort. Dans la salle d’honneur (jusqu’au 18 septembre 2011) est présenté Dung Beetle, une sorte d’énorme scarabée gonflable sur le dos, de Max Streicher. Vous pouvez le voir ici sur le site de la Nouvelle République (vu le lien, je pense qu’il ne sera pas durable…).

3 réflexions au sujet de « Art contemporain à Poitiers et à Niort »

    1. Véronique D

      Depuis samedi en 8, je ne savais pas trop où mettre cette photo, et puis,  , j’ai trouvé que ça irait bien avec les expos d’art contemporain! Temps de rentrée des classes aussi ici, vent, froid et pluie…

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *